Archives de catégorie : DataViz

Les prénoms ivoiriens – reflets de la Côte d’Ivoire et de ses régions

Les prénoms populaires de Côte d’Ivoire :

Féminin Masculin
MARIAM MAMADOU
FATOUMATA ADAMA
SALIMATA MOUSSA
AWA SOULEYMANE
FANTA ABDOULAYE
MARIAME DAOUDA
AMINATA KOUASSI
AHOU BRAHIMA
AYA KOFFI
AKISSI YACOUBA
AFFOUE KOUAME
AMOIN SIAKA
ADJOUA KOUADIO
DJENEBA YAO
AMENAN YAYA
KARIDJA BAKARY
NAMINATA KOUAKOU
MAIMOUNA SEYDOU
SITA DRISSA
MINATA KONAN

La distribution statistique des prénoms varie suivant les régions, par exemple dans la région Poro, les noms masculins populaires incluent SEYDOU, LACINA, BAKARY tandis que MINATA, SITA sont des prénoms donnés aux filles.  Kabadougou : SIAKA, LANCINE (masculins) and NAMINATA, MASSANDJE (féminins). Dans la région Tchogolo, OUATTARA est un nom populaire non genré (oui, comme le nom de l’ancien président Alassane OUATTARA). Et dans la région La Mé, se trouvent des noms masculins comme : YAPO, YAPI, SEKA, ASSI, N’CHO, KOUASSI, ATSE – tandis que APO, APIE, SOPIE, KOUSSO, CHIA, CHO sont des noms féminins populaires.

A propos des subdivisions administratives de la Côte d’Ivoire

Nous avons eu un peu de mal à trouver une table à jour des subdivisions administratives en Côte d’Ivoire (régions, départements avec et sans accentuation) – donc voici le fichier Excel que nous avons utilisés. Ravis de voir que la Diaspora ivoirienne est considérée comme une région à part entière (mais est-ce réellement officiel?).

Lire l’article plus détaillé en anglais.

About NamSor

NamSor™ Applied Onomastics is a European vendor of sociolinguistics software (NamSor sorts names). NamSor mission is to help understand international flows of money, ideas and people.
Reach us at: contact@namsor.com

Quels écarts homme-femme parmi les Directeurs de Thèse?

2014_NamSor_Genderize_PhD

La source de données ne distingue pas Directeur(E) / Auteur(E) / Rapporteur(E), si bien qu’il faut se contenter d’un chiffre global. Pour faire soi-même l’estimation d’écarts H/F:

Lire aussi

Les noms régionaux de la Grande Guerre : l’Italie

Que peut nous dire la technologie de 2014 du monde en 1914? Une infographie des noms régionaux de la Grande Guerre:

2014_Italian_WWI_Onomastics

Lire l’article complet en anglais:
http://namesorts.com/2014/08/01/whats-in-a-name-in-1914-in-2014/

Ne manquez pas fin Août à Glasgow ICOS2014, la conférence mondiale d’onomastique.

Les noms régionaux des Poilus de la Grande Guerre

1er Août 1914: Mobilisation Générale!

Que peut nous dire la technologie du XXIe siècle de la société française en 1914? Une infographie des noms régionaux de la Grande Guerre:

20140801_France_WWI_Millefeuille_v001

Lire l’article complet en anglais:
http://namesorts.com/2014/08/01/whats-in-a-name-in-1914-in-2014/

Ne manquez pas fin Août à Glasgow ICOS2014, la conférence mondiale d’onomastique.

Trophées des Français de l’étranger 2014 – mais où/qui sont ils?

Le Quai d’Orsay, en collaboration avec Le Petit Journal, organise les

Trophées des Français de l’étranger 2014

dont la remise est prévue ce soir.

Qui sont, où sont ces Français de l’étranger? Le ‘Big Data’,  Twitter et l’onomastique appliquée nous offre une image intéressante de la géographie de leur présence digitale dans le monde.

http://cdb.io/1dqVd2n

20140305_UK_Geonomastics_vF

Par exemple, s’il est encore incertain de savoir si Londres est la 4e ou la 6e ville de France, Londres est probablement la seconde ville numérique de France, devant Lyon.

Voir aussi notre analyse du capital extraordinaire que représentent les Français de l’étranger pour le rayonnement de la France et de ses régions:

NamSor Applied Onomastics is a European vendor of name recognition software (NamSor sorts names), which aims to help understand international flows of money, ideas and people. namsor.com

Identité, onomastique, softpower et diasporas digitales sur Twitter

Sans blabla : pour accéder directement à la carte interactive, cliquer ici: http://cdb.io/1beWaVB

Un nom est un code … il contient beaucoup d’informations sur l’individu qui le porte – cependant il n’y a pas de déterminisme absolu. Des groupes humains de différents niveaux peuvent être reconnus par leurs noms. Les sociétés sont des fractales. Chaque groupe peut être analysé plus finement, suivant des angles différents. Un nom de famille, un prénom, un pseudonyme Twitter font partie de l’identité réelle et numérique d’une personne et peuvent indiquer: une intention sociale, l’appartenance à un groupe linguistique ou ethnique, une origine géographique, des croyances … cependant au niveau le plus fin, chaque individu est unique et une exception par rapport au groupe.

Le code génétique, à un certain point, était considéré comme devant contenir toute l’information utile pour ‘construire’ un individu, au moins du point de vue physique. Les avancées de la science ont démontré que ce n’est pas si simple… il semblerait qu’une partie de l’information et de l’algorithme soit ailleurs. Pourtant, nous assistons à un immense intérêt du public pour les recherches appliquées en génomique personnelle. Par exemple, la société 23andme propose de ‘décrypter’ le code génétique d’un individu et de fournir des indications sur l’histoire d’une famille, ainsi qu’une analyse des risques en matière de santé.

Ces deux codes, le nom et la génétique, partagent une même capacité de fasciner : l’un et l’autre semblent, au moins statistiquement, influencer nos vies, notre statut social, notre revenu moyen, notre carrière, notre espérance de vie, … tous deux se rapportent à l’histoire d’une famille. Chaque code peut être trompeur et pourtant significatif. Fleur Pellerin, notre Ministre de l’ICT, est née avec le nom de Kim Jong-suk en Corée. Elle est véritablement française et aussi coréenne, son nom indiquant justement sa culture, l’autre nom un phénotype et un héritage génétique. Considérer uniquement le code génétique d’un individu serait nier une part de son humanité, qui découle d’avoir été enfant, adolescent, d’avoir expérimenté la vie et ses interactions sociales, de faire partie d’une culture nationale, d’avoir fait ses choix d’adulte.

Les études de jumeaux nous apprendraient beaucoup sur les relations entre ces deux codes (nom, génétique) – si seulement les jumeaux pouvaient être plus nombreux. ‘Même lorsque deux jumeaux présentent le même code génétique, ils vont vivre différents expériences de vie qui définissent leur personnalité, leur comportement et leur psychisme d’une façon qui les rend totalement unique’ (Hughes et al., 2005). Ces jumeaux auront des prénoms différents. Ils pourraient aussi avoir des noms de famille différents, si -cas hypothétique- l’un était élevé en Russie tandis que l’autre était adopté par une famille aux Etats-Unis. Dans ce cas, que nous diraient le Code de Nom et le Code Génétique des probabilités que l’un ou l’autre de ces jumeaux développe des problèmes de santé (addiction au tabac ou à l’alcool; obésité; diabète; espérance de vie réduite; etc.) ?

Un article publié le mois dernier a attiré mon attention ‘Les scientifiques recherchent des volontaires pour publier leur code génétique sur Internet’ : la chasse est en cours pour identifier cent milles volontaires en Grande Bretagne pour publier, au nom de la science, leur code génétique sur Internet. La mission du  Personal Genome Project UK est de rendre ‘largement accessibles des données ouvertes à propos d’individus, afin d’améliorer les connaissances scientifiques et d’améliorer la santé humaine.’ Cette organisation reconnait les difficultés de garantir l’anonymat des donneurs ‘même si le nom, l’adresse et les photographies faciales sont spécifiquement exclus, l’identification des individus reste possible car il est facile pour quelqu’un d’habile de faire des liens et de recroiser les informations.‘ Le code génétique est une information personnelle s’il en est … voudriez-vous voir le votre publié avec votre nom et votre identité? Pourtant s’il était possible de garantir cette protection, un tel projet d’open data peut apporter beaucoup à la science.

Le nom, cet autre code, est une donnée personnelle un peu particulière : il vous est donné comme outil de communication avec le monde. Il est donc logique qu’il soit possible de l’étudier, d’en analyser le message. Il y a une intention sociale dans le fait de choisir un nom ‘passe-partout’ ou au contraire de choisir très rare qui va immédiatement identifier une personne – et je pense qu’il doit être possible de changer de noms, comme le fit Casanova (qui se faisait appeler ‘Chevalier de Seingalt’). Il existe des raisons légitimes de garder son nom et son identité secrets : cela doit également être possible, tant que cela n’enfreint pas la liberté d’autrui. Un nom personnel (sauf lorsqu’il devient une marque commerciale) appartient à tout le monde : il a été utilisé avant; il sera utilisé après; il est souvent partagé par plusieurs personnes; il est indexé dans la presse, dans les archives; il s’en invente tous les jours pour les œuvres de fiction … une démocratie pourrait-elle fonctionner sans que les citoyens connaissent les noms de leurs hommes politiques, ou de ceux qui les influencent? Comment les historiens pourraient-ils conduire leurs recherches si tous les noms devaient un jour être effacés des archives?

Nous voyons des bénéfice pour la société dans l’application de l’onomastique et l’analyse des noms, qui dépassent les risques : pas uniquement dans le champ des recherches sociales, mais également dans le développement économique des villes et des territoires, du tourisme, du marketing, de la santé, de l’urbanisme … nous avons aidé un pays de l’UE à mieux utiliser les leviers de sa Diaspora pour attirer des Investissements Directs et créer des emplois. Nous avons conduit un projet pilote pour un pôle scientifique qui a l’ambition de rejoindre le top mondial: il a besoin pour cela de comprendre vers quels cieux coule le ‘jus de crâne’ dans le domaine ultra-compétitif des biotechnologies et de la conception de médicaments. Nous recherchons des partenaires pour relancer une initiative originale ‘AgroDiaspora‘ qui consiste à faire participer la Diaspora scientifique africaine à des projets de transformation dans le domaine agricole. Tant d’argent (y compris celui de l’Aide que nos pays financent) est gaspillé dans des projets de développement pour lesquels manquent l’expertise, la culture de projets et une vraie coopération avec les populations locales : cela fait le jeu de pays comme la Chine qui sont ultra-compétitifs, apportent 100% de l’expertise et de la main d’œuvre – et un financement long-terme auxquels nos entreprises n’ont plus accès.

Par sérendipité, ces deux initiatives (dans le domaine biotech et agro) nous ont également permis d’identifier de nouveaux sujets de recherche appliquée. Nous sommes très heureux de présenter un papier à ICOS 2014 à Glasgow (la conférence mondiale d’onomastique), qui présentera une analyse des biais culturels dans la recherche scientifique à partir de l’analyse de millions d’articles issus de la base PubMed. Les chercheurs français, chinois ou japonais ont-ils des biais culturels particuliers, par rapport à certains sujets scientifiques ou relativement aux recherches produites par d’autres scientifiques ? Nous attendons des résultats forts de ces recherches, avec des applications concrètes.

Pour trouver des applications dans le transport et le tourisme, nous avons aussi fait de la visualisation de donnée à partir de Twitter. Comme Bernard Pivot, j’aime Twitter : la liberté de choisir son nom; le nombre réduit de données structurées qui vont avec un compte: la langue, le lieu, un profil très court, une ou deux images… Le volume d’information produit par l’intermédiaire du réseau Twitter est gigantesque, mais est-il possible de filtrer ce ‘bigdata’ de manière à lui donner un sens? Nous avons produit des cartographies inédites des Diasporas digitales, en analysant les noms Twitter de tweets géolocalisés : Irlandais, Suédois, Russe etc. Nous pourrions appeler cela la géonomastique Twitter, en empruntant le néologisme du Dr Eugène Shokhenmayer. Voici la visualisation des diasporas digitales Irlandaise, Suédoises et Russes:

201312_Twitter_GEOnomastics_IRL_vLarge

 

 

Pour accéder à la carte interactive, cliquer ici:

http://cdb.io/1beWaVB

 

Comment cela fonctionne-t-il ? Le logiciel reconnait avec précision que ‘NamSor Applied Onomastics’ @NomTri est probablement un nom de marque ou de société, tandis que ‘Elian Carsenat’ @ElianCarsenat est probablement un nom de personne, français ou francophone. Les noms de fantaisie peuvent également être reconnus et filtrés, comme ‘Jolie Petite Fleur’.

Nous voyons de nombreuses applications à ces cartes. Lorsque le capitaine Cook a exploré les mers au 18è siècle, avoir une carte à jour et savoir la lire signifiait la vie ou la mort pour un navire et son équipage. La mesure de la latitude était connue depuis plusieurs siècles, mais la mesure de la longitude était encore compliquée et imprécise. Dans notre monde digital actuel, je vois la latitude comme ‘reconnaître le sujet‘ d’un message exprimé dans une langue particulière et la longitude comme ‘reconnaître la culture‘ de l’audience ciblée. Alors que les pays sont de plus en plus enfermés dans des bulles numériques (non pas du fait de leur langue mais du fait de la segmentation géographique, juridique, commerciale que les grands acteurs font du monde de l’Internet), il devient essentiel de savoir analyser quels messages sont adressés à quelles populations, et comment ils sont reçus.  Les français sont très fiers -et ils peuvent l’être- de leur dernière réalisation scientifique : le cœur artificiel Carmat. Le foisonnement d’information sur ce sujet est perceptible en France et pourrait laisser penser que le monde entier se réjouit de cette nouvelle dont la portée est réellement mondiale: tous les hommes ont cœur et peuvent avoir une maladie cardiaque. Pourtant, sans diplomatie économique efficace, cette nouvelle est restée ‘locale’ – comme l’atteste une analyse par Google Trends ou par un agrégateur de presse du type Factiva (pour le monde anglo-saxon) ou INTEGRUM (pour le monde russophone).

20140110_CARMAT_Sur_GoogleTrends_And_FACTIVA

Sans véritable diplomatie digitale, notre e-cocorico ne porte hélas pas plus loin que notre e-basse-cour!

[librement traduit de l’anglais] [voir aussi, l’article dans ParisTech Review]

CHANGELOG : 2013-01-10 ajout des indicateurs Factiva

Carte de la Diaspora numérique russe sur Twitter

DataViz de la e-Diaspora russe d’après Twitter

(ici le billet original en anglais)

NomTri a publié une carte interactive de la Diaspora numérique russe, établie d’après la reconnaissance onoma(s)tique des noms Twitter géolocalisés. Cette e-Diaspora est un mélange de : la (ou les) Diaspora russe(s), les touristes, les voyageurs d’affaires, les étudiants … Une idée commune est que Twitter n’est pas très développé en Russie, bien qu’il soit populaire dans la communauté russe aux États Unis et au Royaume Uni (ainsi que parmi l’opposition politique). A quoi ressemble réellement le Twitter russe? Cliquer ici pour accéder aux fonctionnalités interactives (déplacer, zoomer, élargir, filtrer les autres plans). http://cdb.io/1beWaVB

 

Carte de la Diaspora numérique russe sur Twitter

Carte de la Diaspora numérique russe sur Twitter

Peut-être voudriez-vous pratiquer votre russe lors de vos prochaines vacances au Soleil? La carte ci-dessous vous indiquera les bons spots en Europe…

DataViz eDiaspora russe sur CartoDB (Europe)

DataViz eDiaspora russe sur CartoDB (Europe)

Bon voyage:-) Счастливое путешествие!

Récipients du Jus de Crâne Polonais (1993-2013)

INSEAD GII 2012 – Voyageurs, voyage des idées et appétits nationaux d’innovation

L’an passé, l’INSEAD et le WIPO publiaient une étude des pays les plus innovants au niveau mondial, en collaboration avec Alcatel-Lucent, Booz&Co, une groupement professionnel indien et un institut de la Commission Européenne.

Avant de commenter cette étude de l’INSEAD, en quoi est-elle utile? En quoi l’innovation est-elle un enjeu stratégique en 2013? Pour des raisons variées selon la situation du pays:

– les grands pays industriels voudraient rester dans la danse : par exemple, la Suisse et l’Allemagne qui gardent leur l’avance, la France qui peine à rester dans le peloton de tête;

– certains pays ont pris conscience de leur fragilité lors de la crise de 2007-2010 et de leur dépendance d’un secteur unique ; ainsi le Royaume-Uni qui souhaite réduire sa dépendance envers les Services Financiers ou la Russie qui veut diversifier ses recettes en dehors du secteur des énergies et des matières premières;

– l’Inde et la Chine qui disposent respectivement d’immenses capacités en matière de services et d’industries manufacturières et voudraient rejoindre le club des pays avancés en développant une capacité de concevoir eux même leurs produits.

Ce n’est pas seulement l’enjeu d’un pays souhaitant créer les conditions d’une croissance durable : c’est une bataille dont l’issue définira l’équilibre global des économies au niveau mondial. Si la Chine par exemple, avec ses surplus commerciaux et sa population, devrait atteindre le statut de pays innovant ce sera l’indication tangible que le centre de puissance économique (et même stratégique) s’est irrémédiablement déplacé.

Que peut-on dire de l’étude de l’INSEAD? Ce Global Innovation Index 2012 report est un excellent document, certainement très utile pour guider les politiques publiques en faveur de l’innovation.

Il nous semble cependant qu’un élément essentiel n’apparait qu’en creux dans cette étude. Le fameux brain drain. L’innovation, comme les ressources financières, se déplace : les étudiants, les chercheurs, les inventeurs, les entrepreneurs bougent. Les idées voyagent avec eux et quelque fois sans eux (espionnage industriel, défaut de protection juridique, …) Cela se reflète dans l’étude, mais n’est pas analysé en tant que tel.

Sur la page 6, nous pouvons voir la structure de l’index. Les entrées (l’éducation, l’investissement, …) et les sorties (dépôts de brevets, créativité en ligne, créations de contenus, …) sont analysés séparément puis synthétisés. Mais que dire d’un pays dont l’éducation serait excellente, mais qui n’offrirait pas suffisamment de débouchés, ou des conditions d’accès au financement trop restrictives ? Bien sûr, étudiants, chercheurs, inventeurs, entrepreneurs vont bouger ailleurs et leurs idées se développeront sous d’autres contrées, favorisant la position d’un autre pays en matière d’innovation. Ce mouvement peut être renforcé par une politique active d’attractivité des talents, par les pays qui ont les moyens -avant tout- académiques et financiers de le faire.

Il aurait été intéressant de trouver dans l’étude INSEAD le classement des meilleurs brain drainers.

Pourquoi parler de cette étude dans ce carnet dédié aux logiciels d’onomastique? Simplement car nous pensons que l’onomastique peut aider à qualifier des flux porteurs d’innovation et traversant différentes frontières physiques ou virtuelles (territoires numériques).

Comme illustration, voici un graphique qui montre où est parti le jus de crâne polonais ces vingt dernières années. Il est triste de voir combien la France en a peu profité.

Récipients du Jus de Crâne Polonais (1993-2013)

Principaux récipients du « jus de crâne » polonais (1993-2013) : États-Unis, Allemagne, (Pologne), Canada, Angleterre, Israël, Suisse, Hollande … France enfin, puis d’autres pays.

Sans surprise, un autre graphique montre que la France est un bénéficie honorablement du « jus de crâne » algérien (second bénéficiaire après les US).

Alors l’onomastique appliquée, une arme innovante au service de la France pour la bataille des talents ? Ou une idée de plus qui va traverser la Manche ou l’Atlantique?

Lire en anglais

©2013 Elian Carsenat – NamSor™ NomTri™ – Tous droits réservés.

Françafrique et Commonwealth en Afrique (2013)

Françafrique? Investissements directs européens en Afrique [2/2]

Note: cet article a été rédigé le 6 Janvier 2013, pour publications le 1er Mars sur le site onomastics.co.uk donc avant l’intervention française au Mali (Opération Serval).

Avec cette carte des communautés d’affaires francophones et anglophones en Afrique, nous complétons un précédent article concernant cet immense continent. L’analyse est ambitieuse.

Premièrement, nous avons considéré l’ensemble de l’Afrique. Sur les 54 pays indiqués sur Wikipedia, nous avons obtenu des données concernant 39 d’entre eux.

Deuxièmement, nous avons choisi un sujet très actuel : la compétition globale pour les ressources naturelles africaines et -de façon plus optimiste- le regain d’intérêt des investisseurs internationaux pour les économies émergentes de l’Afrique.

Finalement, nous avons concentré notre attention sur des acteurs clé: les conseils d’administration des 5000 plus grandes entreprises de chacun des pays. Combien de ces soixante dix milles hommes de pouvoir (et plus rarement des femmes) ont un nom français ou un nom anglais?

Notre méthode de classification anthroponymique peut être résumée comme suit: si un directeur d’entreprise devait courir pour une équipe olympique (après un peu d’exercice bien sûr), d’après son nom seulement, comparé à ceux des cent cinquante mille athlètes aux JO depuis 1896, serait-il probablement dans l’équipe de France ou dans celle du Royaume-Uni?

Françafrique et Commonwealth en Afrique

Françafrique et Commonwealth en Afrique (2013)

L’illustration est triviale à comprendre. Dans le plan en haut à gauche, les zones bleutées ont les plus grandes proportions de directeurs avec un nom français (FR). Dans le plan en haut à droite, les zones en rouge ont les plus grandes proportions de directeurs ayant un nom anglais (EN). La synthèse au dessous présente des pays presque dépourvus d’une communauté d’affaire anglophone, ou presque dépourvus d’une communauté d’affaires francophone, ainsi que des pays où les deux communautés d’affaires sont susceptible d’engager une saine compétition (FR vs EN).

Que nous dit cette carte? Elle conforte visuellement que « la colonisation a joué ce mauvais tour à l’Afrique de lui fournir au mois deux [langues communes internationales] : le français et l’anglais », citation de l’historien Fernand Braudel, Grammaire des Civilisations (1966). Elle nous montre que cette division reste d’actualité, et qu’elle affectera encore dans un futur proche la manière dont les Européens, les Américains et les Asiatiques font des affaires en Afrique.

L’outil onomastique peut-il aider à fiabiliser les données sur les Investissements Directs Étrangers (IDE) ?

Les média internationaux et locaux, ainsi que les réseaux sociaux et l’Internet, offrent souvent des signaux avant coureurs de projets d’investissements internationaux. Par ailleurs, existent des bases de données conséquentes sur les dirigeants, les entreprises et leurs structures capitalistiques. Cependant il est de plus en plus difficile de déterminer avec certitude la nationalité d’une entreprise globale. Prenons l’exemple d’une grande société d’externalisation assez connue : elle peut être historiquement une société américaine, enregistrée dans un paradis fiscal, dirigée par un français, avec la moitié de ses employés en Inde et l’essentiel de ses revenus en Europe.

En ce qui concerne les entreprises européennes, dans un article précédent, nous avons montré qu’elles présentent très peu de diversité sur le haut de la pyramide : les entreprises Grecques ont des directeurs Grecs, etc. De même pour la direction de leurs grandes implantations à l’étranger, des expatriés auront été détachés par le siège pour contrôler la filiale, éventuellement conjointement avec des dirigeants locaux.

L’onomastique, en reconnaissant la nationalité probable de ces dirigeants, peut donc apporter un éclairage intéressant, avec certaines limitations: d’abord la précision du logiciel onomastique (généralement fiable à ~75%-95%). Ensuite, les investissements réalisés par les États-Unis d’Amérique, qui sont encore à l’heure actuelle la principale puissance mondiale et un gigantesque melting-pot, sont difficile à distinguer d’autres source d’investissements à partir uniquement de l’outil onomastique. Mais, pour le suivi des investissement directs provenant de Chine, de Russie ou du Japon, cette approche peut apporter des compléments valables d’information.

La société londonienne fDi Markets (du Financial Times) est le premier fournisseur de données sur les investissements croisés dans le monde. Ciblée sur les pays en voie de développement, l’UNCTAD (des Nations Unies) fournit ses propres statistiques. Les données de l’UNCTAD ont été utilisées pour produire un graphique des investissements directs chinois en Afrique (2005) qui illustre l’article de l’ONG Sherpa sur la Chinafrique (2011). Une version plus récente de ce graphique serait intéressants pour pouvoir la comparer avec la vision onomastique des réseaux d’affaire chinois en Afrique.

Lire cet article en anglais.

Ajout du 03 Mars 2013

Ce qui suit n’était pas dans l’article original du 6 Janvier. Le journal canadien NationalPost a publié, également en Janvier, un article concernant les IDE Européens en Afrique. Le graphique ci-après compare les deux cartographies, afin que vous puissiez juger vous-même des fortes corrélations, mais aussi des différences. Source : NationalPost of Canada, January 2013, Out of Africa – Did the Colonial Powers ever Really Leave?

Onomastique et IDE en Afrique (2013)

©2013 Elian Carsenat – NamSor™ NomTri™ – Tous droits réservés.

Onomastique: Italiens et Portugais en Afrique

Françafrique? Investissements directs européens en Afrique [1/2]

Nous avons assisté, suite au déclenchement de l’intervention française au Mali, à un débat sur l’importance des enjeux français dans la région. Le président François Hollande a déclaré le 16 Janvier 2013 que « La France n’a pas d’intérêt économique au Mali« . Quelques jours plus tard, le journal Le Monde a publié un article de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer intitulé « La France n’a pas à rougir de défendre ses intérêts au Mali« . Qu’en est-il vraiment?

Difficile de répondre à cette question car les données manquent de fiabilité. Par exemple, la carte des Investissements Directs Etrangers (IDE) publiée par le NationalPost canadien le 18 janvier 2013 sous le titre « Afrique : les pouvoir coloniaux se sont-il réellement retirés? » présente des anomalies flagrantes. Par exemple, le fait que les IDE français au Mali apparaissent inférieurs aux IDE français au Niger ou à la Mauritanie.

L’outil onomastique peut-il aider à fiabiliser les données sur les Investissements Directs Étrangers?

Les média internationaux et locaux, ainsi que les réseaux sociaux et l’Internet, offrent souvent des signaux avant coureurs de projets d’investissements internationaux. Par ailleurs, existent des bases de données conséquentes sur les dirigeants, les entreprises et leurs structures capitalistiques. Cependant il est de plus en plus difficile de déterminer avec certitude la nationalité d’une entreprise globale. Prenons l’exemple d’une grande société d’externalisation assez connue : elle peut être historiquement une société américaine, enregistrée dans un paradis fiscal, dirigée par un français, avec la moitié de ses employés en Inde et l’essentiel de ses revenus en Europe.

En ce qui concerne les entreprises européennes, dans un article précédent, nous avons montré qu’elles présentent très peu de diversité sur le haut de la pyramide : les entreprises Grecques ont des directeurs Grecs, etc. De même pour la direction de leurs grandes implantations à l’étranger, des expatriés auront été détachés par le siège pour contrôler la filiale, éventuellement conjointement avec des dirigeants locaux.

L’onomastique, en reconnaissant la nationalité probable de ces dirigeants, peut donc apporter un éclairage intéressant, avec certaines limitations: d’abord la précision du logiciel onomastique (généralement fiable à ~75%-95%). Ensuite, les investissements réalisés par les États-Unis d’Amérique, qui sont encore à l’heure actuelle la principale puissance mondiale et un gigantesque melting-pot, sont difficile à distinguer d’autres source d’investissements à partir uniquement de l’outil onomastique. Mais, pour le suivi des investissement directs provenant de Chine, de Russie ou du Japon, cette approche peut apporter des compléments valables d’information.

Les communautés d’affaires internationales en Afrique

Comme illustration, nous avons considéré l’ensemble du continent Africain : 39 pays (sur une cinquantaine), pour lesquels nous avons listé les dirigeants des plus grandes entreprises.

Onomastique: Italiens et Portugais en Afrique

Nous avons fait l’expérience de cartographier, parmi ces soixante dix mille dirigeants, les noms à consonance italienne et portugaise. Dans le plan en haut à gauche, les zones en vert ont la proportion la plus importante de directeurs ayant un nom italien (IT). Dans le plan en haut à droite, les zones en gouge ont les plus grandes proportions de dirigeants ayant un nom portugais (PT). Le plan directement au dessous présente la synthèse des deux communautés d’affaires et les régions dans lesquelles elles sont le plus susceptibles d’être en compétition.

IDE et Onomastique des communautés d'affaires en Afrique

Cette seconde illustration montre la très forte corrélation existant entre les informations publiques existant sur les Investissements Directs Étrangers en Afrique et la densité des réseaux d’affaires internationaux qui ressort à travers l’analyse onomastique.

Qu’en est-il donc des investissements directs français en Afrique?

Tout début Janvier, bien avant le déclenchement de l’opération Serval, nous avons soumis un article pour publication le 1er Mars 2013 sur le site onomastics.co.uk qui explore visuellement la géographie des communautés d’affaires françaises et anglaises en Afrique, et tente de répondre à deux questions:

– l’onomastique reflète-t-elle l’héritage linguistique de la colonisation (Françafrique et Commonwealth) ?

– quelles sont les zones aujourd’hui qui sont principalement acquises aux intérêts français, anglais ou au contraires le terrain de confrontation d’une saine concurrence dans le domaine économique?

Suite le 1er Mars 2013. Suivez le fil @NomTri sur Twitter

©2013 Elian Carsenat – NomTri™ NamSor™ – Tous droits réservés.

[Lire l’article en anglais] [lire la suite]

Japonais et russes dans les affaires en Europe (2013)

Place relative des indiens, chinois, russes et japonais dans le monde des affaires en Europe

En Janvier, nous avions représenté graphiquement les origines culturelles d’un demi million de dirigeants des sociétés incorporées dans l’Union Européenne (plus la Suisse). Nous avions pu voir que, vingt ans après la création officielle de l’UE, l’économie de l’Europe reste encore très fragmentée et organisée en silos selon des considérations nationales. Cela se reflète au niveau des comités de direction.  Les entreprises grecques ont des directeurs grecs, etc.

Parmi les strates colorées de ce mille-feuille onoma(s)tique, quatre fines couches représentent les noms d’origine indienne, chinoise, russe ou japonaise. Plusieurs raisons peuvent expliquer qu’un tel nom apparaisse parmi la liste des dirigeants d’une entreprise européenne:

– l’entreprise peut être la filiale en Europe d’une société indienne, chinoise, russe ou japonaise;

– l’entreprise peut avoir fait des investissements conjoints conséquents à l’étranger (JV, participations croisées etc.) avec des partenaires indiens, chinois, russes ou japonais – ce qui justifie d’offrir un siège au conseil d’administration ;

– le manager (ou l’un de ses ascendants) peut avoir émigré, fait carrière localement jusqu’à un poste de direction élevé ;

– le manager peut avoir été recruté globalement par un chasseur de tête pour ses qualités personnelles.

indiens et chinois dans les affaires en Europe (2013)

 

Dans le plan ci-dessus en haut à gauche, nous voyons la part relative des directeurs de nom indien, relativement au nombre total de directeurs portant des noms chinois, indiens, russes et japonais. Sans surprise, la communauté d’affaire indienne est très forte au Royaume-Uni, mais d’autres lieux de prédilection sont le Danemark et le Luxembourg.

En haut à droite, il apparaît que les hommes d’affaires chinois sont particulièrement présents en Suisse et en Allemagne.

Si les indiens et les chinois semblent déserter les Pays-Bas, c’est du en réalité à la forte présence des japonais. De même, si les indiens et les chinois semblent absents sous le soleil de Chypre, c’est car les russes y sont très présents dans la création de holding financières pour réintroduire leurs investissement en Russie, comme le montre ce plan ci-après.

Japonais et russes dans les affaires en Europe (2013) L

La carte serait très différente si l’on filtrait l’information par secteur (industrie, commerce, énergie, …) mais telle qu’elle est, que nous dit elle?

En plus de montrer l’évidence et ce qui est déjà connu (la présence russe dans sa zone d’influence traditionnelle, par exemple les pays baltes Estonie, Lettonie, Lituanie, … la prédominance des hommes d’affaires russes dans le paradis fiscal de Chypre), elle révèle des aspects moins évidents.

Premièrement, l’on pourrait s’attendre à ce que l’Allemagne soit une place forte de la communauté d’affaires russe en Europe – du fait des importants échanges commerciaux entre les deux pays. C’est sans doute le cas, beaucoup d’homme d’affaires ont un nom russe, mais encore plus ont un nom chinois, japonais ou indien.

Deuxièmement, il est très clair que les japonais ont fait de la Belgique et de Pays-Bas leur destination privilégiée pour les investissements directs (IDE) et comme porte d’entrée pour le commerce en Europe.

Troisièmement, si les indiens et les chinois semblent partager un profil assez similaire pour déterminer leur cible en matière d’investissements directs (IDE) et de commerce, les hommes d’affaire russes et japonais démontrent une forte polarisation: ils font généralement des choix différents. Cela résulte bien sûr de leurs différences extrêmes sur le plan de économique.

[in English : part one and part two]

Suivez @NomTri sur Twitter

©2013 Elian Carsenat – NomTri™ NamSor™ – Tous droits réservés.

 

Mille-feuille "onomatique" des dirigeants d'entreprises européennes

Mille-feuille onomastique des directions d’entreprises européennes

Cette pâtisserie colorée est la représentation graphique de l’analyse onomastique du demi-million de dirigeants des plus grandes entreprises enregistrées dans chacun des pays de l’Union Européenne (et la Suisse). Que nous dit cette image? Par exemple, que la tranche « pâtisserie grecque » illustrée par un camembert (désolé pour le mélange de goûts) est composée presque exclusivement de dirigeants ayant un nom grec. A chacune des lignes au dessus du code ISO3 d’un pays européen, correspondrait un camembert similaire.

Mille-feuille "onomatique" des dirigeants d'entreprises européennes

Manifestement, la mobilité des hauts-dirigeants en Europe – un facteur de l’intégration économique européenne – peut encore progresser.

Dans nos prochains articles, nous présenterons les bénéfices de l’analyse onomastique pour le suivi des Investissements Directs Etrangers (IDE) dans différentes parties du Monde: les investissements occidentaux en Afrique, la poussée des BRICs en Europe.

[lire l’article en anglais]