Archives par étiquette : Afrique

Lancement de AfricaFrance

Aujourd’hui a eu lieu le lancement de la Fondation AfricaFrance, dirigée par Lionel ZINSOU, avec le soutien du Quai d’Orsay et du MEDEF International. Le choix d’un nom anglais est révélateur de l’objectif visé. Lire notre article ici (également en anglais).

2015_FDIMagnet_AfricaFrance

Lire aussi:

Go to NamSor.com

Agro Diaspora

Forum Afrique : AgroDiaspora au Sommet de l’Elysée des 4 et 5 décembre 2013?

STATIM Technologies et NamSor™ Applied Onomastics ont  soumis conjointement un projet et répondu à l’appel du Ministère français des Affaires Etrangères ‘Forum Afrique – 100 innovations pour un développement durable’.

Le projet AgroDiaspora consiste en une plateforme sociale d’échange et de capitalisation des connaissances, qui listera:

-d’une part (1) les projets de transformation dans le domaine agricole (2) les besoins de financement (3) les ressources locales

-d’autre part les ressources des diasporas africaines pour apporter (1)  de l’expertise  (2) un appui au financement (par des contacts et une crédibilité)

Agro Diaspora

L’outil va mesurer la capacité des projets à répondre aux enjeux du changement climatique; générer un écosystème entre les diasporas et les communautés locales; offrir des opportunités à des scientifiques éminents, ingénieurs, entrepreneurs des diasporas pour contribuer au développement de l’Afrique, pas uniquement par des transferts financiers mais surtout par l’apport d’expertise et d’accompagnement.

Les principaux objectifs sont : de mettre en relation les projets locaux avec les potentialités de milliers de scientifiques de par le monde dans les domaines agro/biotech; d’améliorer le taux de succès des projets par l’accompagnement et un apport d’expertise; de générer des pôles compétitifs et d’améliorer l’attractivité des projets de transformation dans le domaine agricole, en matière d’Investissements Directs Etrangers.

A propos

Forum Afrique – 100 innovations pour un développement durable est une initiative du Ministère français des Affaires Etrangères qui entend réunir lors du Sommet de l’Elysée des 4 et 5 décembre 2013 des porteurs d’innovations qui contribuent au développement durable, à l’entreprenariat africain, à une croissance solidaire et qui permettent de satisfaire les besoins essentiels des populations.

STATIM Technologies est une société de Conseil et d’Intégration Informatique spécialisée dans la réalisation des projets ERP principalement SAP et outils Business Analytics.
Ses clients sont très concernés par le développement durable : TOTAL, ENI, GXI, AOGC, SNPCD, …). STATIM a organisé le premier Forum SAP d’Afrique Centrale.
http://www.statim-technologies.com/statim-technologies/

NamSor™ Applied Onomastics est un éditeur européen de solutions de Data Mining, spécialisé dans l’analyse des flux internationaux à partir de l’onomastique (reconnaissance des noms propres).
http://namsor.com/

Onomastique et IDE en Afrique (2013)

13e Forum économique international sur l’Afrique – quel rôle pour la Diaspora?

Demain Lundi 7 Octobre 2013 aura lieu le 13e Forum économique international sur l’Afrique de l’OCDE. Gageons que certains des thèmes déjà abordés lors du Forum OCDE 2013 seront repris à l’aune de l’Afrique : comment le continent peut-il progresser dans la chaîne de valeur mondiale? Le sous-titre du Forum est Afrique 2.0: Tirer parti des ressources naturelles pour la transformation économique. La Diaspora africaine, qui a tant à apporter en matière de développement (économique, humain, scientifique, culturel, …), doit être comptée parmi ces ressources naturelles pouvant changer la donne.

A ce sujet, notre article dans ParisTech Review évoque une piste innovante pour mieux utiliser le levier de la Diaspora dans le cadre du développement.

Dans le même sens, le Quai d’Orsay a lancé un appel à projets Forum Afrique – 100 innovations pour un développement durable:

« Forum Afrique – 100 innovations pour le développement durable » entend réunir lors du Sommet de l’Elysée des 4 et 5 décembre 2013 des porteurs d’innovations qui contribuent au développement durable, à l’entreprenariat africain, à une croissance solidaire et qui permettent de satisfaire les besoins essentiels des populations tout en proposant des solutions aux crises sociales et environnementales.

Le Forum rassemble les innovations financières, techniques et technologiques, sociales, culturelles, écologiques les plus marquantes du continent, celles qui servent l’entreprise, la société et l’individu, celles qui renforcent le vivre ensemble et diminuent l’exclusion notamment des femmes et des plus fragiles, celles qui bénéficient aux populations et quartiers défavorisées et qui mobilisent des leviers de diffusion rapide.

Vous êtes citoyen et résident d’un pays du continent africain (pays d’Afrique du Nord inclus), représentant une entreprise, une ONG, ou un élu local, un chercheur et porteur d’une innovation : Postulez avant le 15 octobre 2013 au Forum Afrique – 100 innovations pour un développement durable !

Nous participerons demain au Forum de l’OCDE ainsi qu’à l’appel à projets du Sommet de l’Elysée. Vous pouvez suivre nos commentaires sur Twitter @FDIMagnet.

Françafrique et Commonwealth en Afrique (2013)

Françafrique? Investissements directs européens en Afrique [2/2]

Note: cet article a été rédigé le 6 Janvier 2013, pour publications le 1er Mars sur le site onomastics.co.uk donc avant l’intervention française au Mali (Opération Serval).

Avec cette carte des communautés d’affaires francophones et anglophones en Afrique, nous complétons un précédent article concernant cet immense continent. L’analyse est ambitieuse.

Premièrement, nous avons considéré l’ensemble de l’Afrique. Sur les 54 pays indiqués sur Wikipedia, nous avons obtenu des données concernant 39 d’entre eux.

Deuxièmement, nous avons choisi un sujet très actuel : la compétition globale pour les ressources naturelles africaines et -de façon plus optimiste- le regain d’intérêt des investisseurs internationaux pour les économies émergentes de l’Afrique.

Finalement, nous avons concentré notre attention sur des acteurs clé: les conseils d’administration des 5000 plus grandes entreprises de chacun des pays. Combien de ces soixante dix milles hommes de pouvoir (et plus rarement des femmes) ont un nom français ou un nom anglais?

Notre méthode de classification anthroponymique peut être résumée comme suit: si un directeur d’entreprise devait courir pour une équipe olympique (après un peu d’exercice bien sûr), d’après son nom seulement, comparé à ceux des cent cinquante mille athlètes aux JO depuis 1896, serait-il probablement dans l’équipe de France ou dans celle du Royaume-Uni?

Françafrique et Commonwealth en Afrique

Françafrique et Commonwealth en Afrique (2013)

L’illustration est triviale à comprendre. Dans le plan en haut à gauche, les zones bleutées ont les plus grandes proportions de directeurs avec un nom français (FR). Dans le plan en haut à droite, les zones en rouge ont les plus grandes proportions de directeurs ayant un nom anglais (EN). La synthèse au dessous présente des pays presque dépourvus d’une communauté d’affaire anglophone, ou presque dépourvus d’une communauté d’affaires francophone, ainsi que des pays où les deux communautés d’affaires sont susceptible d’engager une saine compétition (FR vs EN).

Que nous dit cette carte? Elle conforte visuellement que « la colonisation a joué ce mauvais tour à l’Afrique de lui fournir au mois deux [langues communes internationales] : le français et l’anglais », citation de l’historien Fernand Braudel, Grammaire des Civilisations (1966). Elle nous montre que cette division reste d’actualité, et qu’elle affectera encore dans un futur proche la manière dont les Européens, les Américains et les Asiatiques font des affaires en Afrique.

L’outil onomastique peut-il aider à fiabiliser les données sur les Investissements Directs Étrangers (IDE) ?

Les média internationaux et locaux, ainsi que les réseaux sociaux et l’Internet, offrent souvent des signaux avant coureurs de projets d’investissements internationaux. Par ailleurs, existent des bases de données conséquentes sur les dirigeants, les entreprises et leurs structures capitalistiques. Cependant il est de plus en plus difficile de déterminer avec certitude la nationalité d’une entreprise globale. Prenons l’exemple d’une grande société d’externalisation assez connue : elle peut être historiquement une société américaine, enregistrée dans un paradis fiscal, dirigée par un français, avec la moitié de ses employés en Inde et l’essentiel de ses revenus en Europe.

En ce qui concerne les entreprises européennes, dans un article précédent, nous avons montré qu’elles présentent très peu de diversité sur le haut de la pyramide : les entreprises Grecques ont des directeurs Grecs, etc. De même pour la direction de leurs grandes implantations à l’étranger, des expatriés auront été détachés par le siège pour contrôler la filiale, éventuellement conjointement avec des dirigeants locaux.

L’onomastique, en reconnaissant la nationalité probable de ces dirigeants, peut donc apporter un éclairage intéressant, avec certaines limitations: d’abord la précision du logiciel onomastique (généralement fiable à ~75%-95%). Ensuite, les investissements réalisés par les États-Unis d’Amérique, qui sont encore à l’heure actuelle la principale puissance mondiale et un gigantesque melting-pot, sont difficile à distinguer d’autres source d’investissements à partir uniquement de l’outil onomastique. Mais, pour le suivi des investissement directs provenant de Chine, de Russie ou du Japon, cette approche peut apporter des compléments valables d’information.

La société londonienne fDi Markets (du Financial Times) est le premier fournisseur de données sur les investissements croisés dans le monde. Ciblée sur les pays en voie de développement, l’UNCTAD (des Nations Unies) fournit ses propres statistiques. Les données de l’UNCTAD ont été utilisées pour produire un graphique des investissements directs chinois en Afrique (2005) qui illustre l’article de l’ONG Sherpa sur la Chinafrique (2011). Une version plus récente de ce graphique serait intéressants pour pouvoir la comparer avec la vision onomastique des réseaux d’affaire chinois en Afrique.

Lire cet article en anglais.

Ajout du 03 Mars 2013

Ce qui suit n’était pas dans l’article original du 6 Janvier. Le journal canadien NationalPost a publié, également en Janvier, un article concernant les IDE Européens en Afrique. Le graphique ci-après compare les deux cartographies, afin que vous puissiez juger vous-même des fortes corrélations, mais aussi des différences. Source : NationalPost of Canada, January 2013, Out of Africa – Did the Colonial Powers ever Really Leave?

Onomastique et IDE en Afrique (2013)

©2013 Elian Carsenat – NamSor™ NomTri™ – Tous droits réservés.

Onomastique: Italiens et Portugais en Afrique

Françafrique? Investissements directs européens en Afrique [1/2]

Nous avons assisté, suite au déclenchement de l’intervention française au Mali, à un débat sur l’importance des enjeux français dans la région. Le président François Hollande a déclaré le 16 Janvier 2013 que « La France n’a pas d’intérêt économique au Mali« . Quelques jours plus tard, le journal Le Monde a publié un article de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer intitulé « La France n’a pas à rougir de défendre ses intérêts au Mali« . Qu’en est-il vraiment?

Difficile de répondre à cette question car les données manquent de fiabilité. Par exemple, la carte des Investissements Directs Etrangers (IDE) publiée par le NationalPost canadien le 18 janvier 2013 sous le titre « Afrique : les pouvoir coloniaux se sont-il réellement retirés? » présente des anomalies flagrantes. Par exemple, le fait que les IDE français au Mali apparaissent inférieurs aux IDE français au Niger ou à la Mauritanie.

L’outil onomastique peut-il aider à fiabiliser les données sur les Investissements Directs Étrangers?

Les média internationaux et locaux, ainsi que les réseaux sociaux et l’Internet, offrent souvent des signaux avant coureurs de projets d’investissements internationaux. Par ailleurs, existent des bases de données conséquentes sur les dirigeants, les entreprises et leurs structures capitalistiques. Cependant il est de plus en plus difficile de déterminer avec certitude la nationalité d’une entreprise globale. Prenons l’exemple d’une grande société d’externalisation assez connue : elle peut être historiquement une société américaine, enregistrée dans un paradis fiscal, dirigée par un français, avec la moitié de ses employés en Inde et l’essentiel de ses revenus en Europe.

En ce qui concerne les entreprises européennes, dans un article précédent, nous avons montré qu’elles présentent très peu de diversité sur le haut de la pyramide : les entreprises Grecques ont des directeurs Grecs, etc. De même pour la direction de leurs grandes implantations à l’étranger, des expatriés auront été détachés par le siège pour contrôler la filiale, éventuellement conjointement avec des dirigeants locaux.

L’onomastique, en reconnaissant la nationalité probable de ces dirigeants, peut donc apporter un éclairage intéressant, avec certaines limitations: d’abord la précision du logiciel onomastique (généralement fiable à ~75%-95%). Ensuite, les investissements réalisés par les États-Unis d’Amérique, qui sont encore à l’heure actuelle la principale puissance mondiale et un gigantesque melting-pot, sont difficile à distinguer d’autres source d’investissements à partir uniquement de l’outil onomastique. Mais, pour le suivi des investissement directs provenant de Chine, de Russie ou du Japon, cette approche peut apporter des compléments valables d’information.

Les communautés d’affaires internationales en Afrique

Comme illustration, nous avons considéré l’ensemble du continent Africain : 39 pays (sur une cinquantaine), pour lesquels nous avons listé les dirigeants des plus grandes entreprises.

Onomastique: Italiens et Portugais en Afrique

Nous avons fait l’expérience de cartographier, parmi ces soixante dix mille dirigeants, les noms à consonance italienne et portugaise. Dans le plan en haut à gauche, les zones en vert ont la proportion la plus importante de directeurs ayant un nom italien (IT). Dans le plan en haut à droite, les zones en gouge ont les plus grandes proportions de dirigeants ayant un nom portugais (PT). Le plan directement au dessous présente la synthèse des deux communautés d’affaires et les régions dans lesquelles elles sont le plus susceptibles d’être en compétition.

IDE et Onomastique des communautés d'affaires en Afrique

Cette seconde illustration montre la très forte corrélation existant entre les informations publiques existant sur les Investissements Directs Étrangers en Afrique et la densité des réseaux d’affaires internationaux qui ressort à travers l’analyse onomastique.

Qu’en est-il donc des investissements directs français en Afrique?

Tout début Janvier, bien avant le déclenchement de l’opération Serval, nous avons soumis un article pour publication le 1er Mars 2013 sur le site onomastics.co.uk qui explore visuellement la géographie des communautés d’affaires françaises et anglaises en Afrique, et tente de répondre à deux questions:

– l’onomastique reflète-t-elle l’héritage linguistique de la colonisation (Françafrique et Commonwealth) ?

– quelles sont les zones aujourd’hui qui sont principalement acquises aux intérêts français, anglais ou au contraires le terrain de confrontation d’une saine concurrence dans le domaine économique?

Suite le 1er Mars 2013. Suivez le fil @NomTri sur Twitter

©2013 Elian Carsenat – NomTri™ NamSor™ – Tous droits réservés.

[Lire l’article en anglais] [lire la suite]