Archives par étiquette : Anthroponymie

Les prénoms ivoiriens – reflets de la Côte d’Ivoire et de ses régions

Les prénoms populaires de Côte d’Ivoire :

Féminin Masculin
MARIAM MAMADOU
FATOUMATA ADAMA
SALIMATA MOUSSA
AWA SOULEYMANE
FANTA ABDOULAYE
MARIAME DAOUDA
AMINATA KOUASSI
AHOU BRAHIMA
AYA KOFFI
AKISSI YACOUBA
AFFOUE KOUAME
AMOIN SIAKA
ADJOUA KOUADIO
DJENEBA YAO
AMENAN YAYA
KARIDJA BAKARY
NAMINATA KOUAKOU
MAIMOUNA SEYDOU
SITA DRISSA
MINATA KONAN

La distribution statistique des prénoms varie suivant les régions, par exemple dans la région Poro, les noms masculins populaires incluent SEYDOU, LACINA, BAKARY tandis que MINATA, SITA sont des prénoms donnés aux filles.  Kabadougou : SIAKA, LANCINE (masculins) and NAMINATA, MASSANDJE (féminins). Dans la région Tchogolo, OUATTARA est un nom populaire non genré (oui, comme le nom de l’ancien président Alassane OUATTARA). Et dans la région La Mé, se trouvent des noms masculins comme : YAPO, YAPI, SEKA, ASSI, N’CHO, KOUASSI, ATSE – tandis que APO, APIE, SOPIE, KOUSSO, CHIA, CHO sont des noms féminins populaires.

A propos des subdivisions administratives de la Côte d’Ivoire

Nous avons eu un peu de mal à trouver une table à jour des subdivisions administratives en Côte d’Ivoire (régions, départements avec et sans accentuation) – donc voici le fichier Excel que nous avons utilisés. Ravis de voir que la Diaspora ivoirienne est considérée comme une région à part entière (mais est-ce réellement officiel?).

Lire l’article plus détaillé en anglais.

About NamSor

NamSor™ Applied Onomastics is a European vendor of sociolinguistics software (NamSor sorts names). NamSor mission is to help understand international flows of money, ideas and people.
Reach us at: contact@namsor.com

CIA – See My Name

En 2003 deux analystes du Gartner, Richard J. De Lotto et Kimberly Collins, ont publié un document de cinq pages The ‘Name Is the Game’ à propos de la société LAS, un petit éditeur américain de logiciel onomastique. Cette société existait déjà depuis plus de vingt ans, sans véritable concurrence dans le domaine des logiciels de reconnaissance anthroponymique. LAS a été « fournisseur unique » du gouvernement américain durant dix-sept ans, ce qui signifie qu’aucune alternative viable n’avait été identifié à l’époque. Pendant la Guerre Froide, le marché principal de LAS était les agences de renseignement et de sécurité. En dehors de son logiciel et de son équipe d’experts, LAS disposait d’un autre actif de taille : une base de données d’un milliard de noms provenant de tous les pays (cela représente probablement 100% de la population du monde développé à cette période). Considérant l’état de développement d’Internet à l’époque, on peut douter que ces noms aient été obtenus à partir de sources ouvertes.  Plus probablement, ils ont été collectés dans le cadre d’un partenariat mutuellement bénéfique avec le client principal de LAS : les agences de renseignement américaines. Après avoir bénéficié de la vague d’investissements suite au 11 Septembre 2001, LAS a engagé sa diversification et envisagé des marchés civils: les sciences du marketing et les services financiers, en particulier l’anti-fraude bancaire et le KYC (Know Your Customer, l’obligation pour une institution financière de connaître son client).

La société LAS a été achetée par la société IBM en 2006. Dans son blog, Jeff Jonas d’IBM décrit les avantages de combiner les reconnaissance des noms et résolution d’identité. Aujourd’hui, la technologie LAS fait partie de la suite IBM® InfoSphere® sous le nom IBM Entity Analytics Solutions et IBM Global Name Analytics. Quelles sont les principales fonctionnalités?

 

Entre autre, à partir d’un nom, le logiciel peut prédire (avec des probabilités): la classification linguistique et culturelle, le pays d’origine, le genre et les différentes orthographes/translittérations possibles.

 

Pratique, non?

[lire l’article en Anglais]