Archives par étiquette : Anthroponymie

CIA – See My Name

En 2003 deux analystes du Gartner, Richard J. De Lotto et Kimberly Collins, ont publié un document de cinq pages The ‘Name Is the Game’ à propos de la société LAS, un petit éditeur américain de logiciel onomastique. Cette société existait déjà depuis plus de vingt ans, sans véritable concurrence dans le domaine des logiciels de reconnaissance anthroponymique. LAS a été « fournisseur unique » du gouvernement américain durant dix-sept ans, ce qui signifie qu’aucune alternative viable n’avait été identifié à l’époque. Pendant la Guerre Froide, le marché principal de LAS était les agences de renseignement et de sécurité. En dehors de son logiciel et de son équipe d’experts, LAS disposait d’un autre actif de taille : une base de données d’un milliard de noms provenant de tous les pays (cela représente probablement 100% de la population du monde développé à cette période). Considérant l’état de développement d’Internet à l’époque, on peut douter que ces noms aient été obtenus à partir de sources ouvertes.  Plus probablement, ils ont été collectés dans le cadre d’un partenariat mutuellement bénéfique avec le client principal de LAS : les agences de renseignement américaines. Après avoir bénéficié de la vague d’investissements suite au 11 Septembre 2001, LAS a engagé sa diversification et envisagé des marchés civils: les sciences du marketing et les services financiers, en particulier l’anti-fraude bancaire et le KYC (Know Your Customer, l’obligation pour une institution financière de connaître son client).

La société LAS a été achetée par la société IBM en 2006. Dans son blog, Jeff Jonas d’IBM décrit les avantages de combiner les reconnaissance des noms et résolution d’identité. Aujourd’hui, la technologie LAS fait partie de la suite IBM® InfoSphere® sous le nom IBM Entity Analytics Solutions et IBM Global Name Analytics. Quelles sont les principales fonctionnalités?

 

Entre autre, à partir d’un nom, le logiciel peut prédire (avec des probabilités): la classification linguistique et culturelle, le pays d’origine, le genre et les différentes orthographes/translittérations possibles.

 

Pratique, non?

[lire l’article en Anglais]