Archives par étiquette : Carmat

Identité, onomastique, softpower et diasporas digitales sur Twitter

Sans blabla : pour accéder directement à la carte interactive, cliquer ici: http://cdb.io/1beWaVB

Un nom est un code … il contient beaucoup d’informations sur l’individu qui le porte – cependant il n’y a pas de déterminisme absolu. Des groupes humains de différents niveaux peuvent être reconnus par leurs noms. Les sociétés sont des fractales. Chaque groupe peut être analysé plus finement, suivant des angles différents. Un nom de famille, un prénom, un pseudonyme Twitter font partie de l’identité réelle et numérique d’une personne et peuvent indiquer: une intention sociale, l’appartenance à un groupe linguistique ou ethnique, une origine géographique, des croyances … cependant au niveau le plus fin, chaque individu est unique et une exception par rapport au groupe.

Le code génétique, à un certain point, était considéré comme devant contenir toute l’information utile pour ‘construire’ un individu, au moins du point de vue physique. Les avancées de la science ont démontré que ce n’est pas si simple… il semblerait qu’une partie de l’information et de l’algorithme soit ailleurs. Pourtant, nous assistons à un immense intérêt du public pour les recherches appliquées en génomique personnelle. Par exemple, la société 23andme propose de ‘décrypter’ le code génétique d’un individu et de fournir des indications sur l’histoire d’une famille, ainsi qu’une analyse des risques en matière de santé.

Ces deux codes, le nom et la génétique, partagent une même capacité de fasciner : l’un et l’autre semblent, au moins statistiquement, influencer nos vies, notre statut social, notre revenu moyen, notre carrière, notre espérance de vie, … tous deux se rapportent à l’histoire d’une famille. Chaque code peut être trompeur et pourtant significatif. Fleur Pellerin, notre Ministre de l’ICT, est née avec le nom de Kim Jong-suk en Corée. Elle est véritablement française et aussi coréenne, son nom indiquant justement sa culture, l’autre nom un phénotype et un héritage génétique. Considérer uniquement le code génétique d’un individu serait nier une part de son humanité, qui découle d’avoir été enfant, adolescent, d’avoir expérimenté la vie et ses interactions sociales, de faire partie d’une culture nationale, d’avoir fait ses choix d’adulte.

Les études de jumeaux nous apprendraient beaucoup sur les relations entre ces deux codes (nom, génétique) – si seulement les jumeaux pouvaient être plus nombreux. ‘Même lorsque deux jumeaux présentent le même code génétique, ils vont vivre différents expériences de vie qui définissent leur personnalité, leur comportement et leur psychisme d’une façon qui les rend totalement unique’ (Hughes et al., 2005). Ces jumeaux auront des prénoms différents. Ils pourraient aussi avoir des noms de famille différents, si -cas hypothétique- l’un était élevé en Russie tandis que l’autre était adopté par une famille aux Etats-Unis. Dans ce cas, que nous diraient le Code de Nom et le Code Génétique des probabilités que l’un ou l’autre de ces jumeaux développe des problèmes de santé (addiction au tabac ou à l’alcool; obésité; diabète; espérance de vie réduite; etc.) ?

Un article publié le mois dernier a attiré mon attention ‘Les scientifiques recherchent des volontaires pour publier leur code génétique sur Internet’ : la chasse est en cours pour identifier cent milles volontaires en Grande Bretagne pour publier, au nom de la science, leur code génétique sur Internet. La mission du  Personal Genome Project UK est de rendre ‘largement accessibles des données ouvertes à propos d’individus, afin d’améliorer les connaissances scientifiques et d’améliorer la santé humaine.’ Cette organisation reconnait les difficultés de garantir l’anonymat des donneurs ‘même si le nom, l’adresse et les photographies faciales sont spécifiquement exclus, l’identification des individus reste possible car il est facile pour quelqu’un d’habile de faire des liens et de recroiser les informations.‘ Le code génétique est une information personnelle s’il en est … voudriez-vous voir le votre publié avec votre nom et votre identité? Pourtant s’il était possible de garantir cette protection, un tel projet d’open data peut apporter beaucoup à la science.

Le nom, cet autre code, est une donnée personnelle un peu particulière : il vous est donné comme outil de communication avec le monde. Il est donc logique qu’il soit possible de l’étudier, d’en analyser le message. Il y a une intention sociale dans le fait de choisir un nom ‘passe-partout’ ou au contraire de choisir très rare qui va immédiatement identifier une personne – et je pense qu’il doit être possible de changer de noms, comme le fit Casanova (qui se faisait appeler ‘Chevalier de Seingalt’). Il existe des raisons légitimes de garder son nom et son identité secrets : cela doit également être possible, tant que cela n’enfreint pas la liberté d’autrui. Un nom personnel (sauf lorsqu’il devient une marque commerciale) appartient à tout le monde : il a été utilisé avant; il sera utilisé après; il est souvent partagé par plusieurs personnes; il est indexé dans la presse, dans les archives; il s’en invente tous les jours pour les œuvres de fiction … une démocratie pourrait-elle fonctionner sans que les citoyens connaissent les noms de leurs hommes politiques, ou de ceux qui les influencent? Comment les historiens pourraient-ils conduire leurs recherches si tous les noms devaient un jour être effacés des archives?

Nous voyons des bénéfice pour la société dans l’application de l’onomastique et l’analyse des noms, qui dépassent les risques : pas uniquement dans le champ des recherches sociales, mais également dans le développement économique des villes et des territoires, du tourisme, du marketing, de la santé, de l’urbanisme … nous avons aidé un pays de l’UE à mieux utiliser les leviers de sa Diaspora pour attirer des Investissements Directs et créer des emplois. Nous avons conduit un projet pilote pour un pôle scientifique qui a l’ambition de rejoindre le top mondial: il a besoin pour cela de comprendre vers quels cieux coule le ‘jus de crâne’ dans le domaine ultra-compétitif des biotechnologies et de la conception de médicaments. Nous recherchons des partenaires pour relancer une initiative originale ‘AgroDiaspora‘ qui consiste à faire participer la Diaspora scientifique africaine à des projets de transformation dans le domaine agricole. Tant d’argent (y compris celui de l’Aide que nos pays financent) est gaspillé dans des projets de développement pour lesquels manquent l’expertise, la culture de projets et une vraie coopération avec les populations locales : cela fait le jeu de pays comme la Chine qui sont ultra-compétitifs, apportent 100% de l’expertise et de la main d’œuvre – et un financement long-terme auxquels nos entreprises n’ont plus accès.

Par sérendipité, ces deux initiatives (dans le domaine biotech et agro) nous ont également permis d’identifier de nouveaux sujets de recherche appliquée. Nous sommes très heureux de présenter un papier à ICOS 2014 à Glasgow (la conférence mondiale d’onomastique), qui présentera une analyse des biais culturels dans la recherche scientifique à partir de l’analyse de millions d’articles issus de la base PubMed. Les chercheurs français, chinois ou japonais ont-ils des biais culturels particuliers, par rapport à certains sujets scientifiques ou relativement aux recherches produites par d’autres scientifiques ? Nous attendons des résultats forts de ces recherches, avec des applications concrètes.

Pour trouver des applications dans le transport et le tourisme, nous avons aussi fait de la visualisation de donnée à partir de Twitter. Comme Bernard Pivot, j’aime Twitter : la liberté de choisir son nom; le nombre réduit de données structurées qui vont avec un compte: la langue, le lieu, un profil très court, une ou deux images… Le volume d’information produit par l’intermédiaire du réseau Twitter est gigantesque, mais est-il possible de filtrer ce ‘bigdata’ de manière à lui donner un sens? Nous avons produit des cartographies inédites des Diasporas digitales, en analysant les noms Twitter de tweets géolocalisés : Irlandais, Suédois, Russe etc. Nous pourrions appeler cela la géonomastique Twitter, en empruntant le néologisme du Dr Eugène Shokhenmayer. Voici la visualisation des diasporas digitales Irlandaise, Suédoises et Russes:

201312_Twitter_GEOnomastics_IRL_vLarge

 

 

Pour accéder à la carte interactive, cliquer ici:

http://cdb.io/1beWaVB

 

Comment cela fonctionne-t-il ? Le logiciel reconnait avec précision que ‘NamSor Applied Onomastics’ @NomTri est probablement un nom de marque ou de société, tandis que ‘Elian Carsenat’ @ElianCarsenat est probablement un nom de personne, français ou francophone. Les noms de fantaisie peuvent également être reconnus et filtrés, comme ‘Jolie Petite Fleur’.

Nous voyons de nombreuses applications à ces cartes. Lorsque le capitaine Cook a exploré les mers au 18è siècle, avoir une carte à jour et savoir la lire signifiait la vie ou la mort pour un navire et son équipage. La mesure de la latitude était connue depuis plusieurs siècles, mais la mesure de la longitude était encore compliquée et imprécise. Dans notre monde digital actuel, je vois la latitude comme ‘reconnaître le sujet‘ d’un message exprimé dans une langue particulière et la longitude comme ‘reconnaître la culture‘ de l’audience ciblée. Alors que les pays sont de plus en plus enfermés dans des bulles numériques (non pas du fait de leur langue mais du fait de la segmentation géographique, juridique, commerciale que les grands acteurs font du monde de l’Internet), il devient essentiel de savoir analyser quels messages sont adressés à quelles populations, et comment ils sont reçus.  Les français sont très fiers -et ils peuvent l’être- de leur dernière réalisation scientifique : le cœur artificiel Carmat. Le foisonnement d’information sur ce sujet est perceptible en France et pourrait laisser penser que le monde entier se réjouit de cette nouvelle dont la portée est réellement mondiale: tous les hommes ont cœur et peuvent avoir une maladie cardiaque. Pourtant, sans diplomatie économique efficace, cette nouvelle est restée ‘locale’ – comme l’atteste une analyse par Google Trends ou par un agrégateur de presse du type Factiva (pour le monde anglo-saxon) ou INTEGRUM (pour le monde russophone).

20140110_CARMAT_Sur_GoogleTrends_And_FACTIVA

Sans véritable diplomatie digitale, notre e-cocorico ne porte hélas pas plus loin que notre e-basse-cour!

[librement traduit de l’anglais] [voir aussi, l’article dans ParisTech Review]

CHANGELOG : 2013-01-10 ajout des indicateurs Factiva