Archives par étiquette : Chine

Le Classement Shanghai des Universités est-il biaisé?

Chaque année au mois d’Août, la presse française participe au championnat mondial de l’autoflagellation et reprend les chiffres du Classement Mondial des Universités de Shanghai – sans aucune analyse critique et avec le ton le plus pessimiste possible. Cette année la palme revient au journal Les Echos, avec l’article ‘Palmarès des universités : la percée des Chinois‘ du 15 Août.

Selon Ghislaine Filliatreau, directrice de l’Observatoire des sciences et des techniques (OST), ce sont à la fois « le volume et la qualité du nombre de publications », qui augmentent. « La Chine continue de développer vigoureusement sa production et est en passe de rejoindre les Etats-Unis aussi bien en volume de dépenses de recherche qu’en part de publications scientifiques », ajoute-t-elle.

Le commentaire de François Godement, directeur du programme Chine et Asie du Conseil européen pour les relations internationales (ECFR) est assez éclairant: « Le classement est d’abord axé sur des mesures quantitatives – le nombre de brevets, de publications, etc. Or, le système chinois favorise ce type de mesures, indique-t-il. Si on lui dit de courir avec tel et tel critère, il est prêt à le faire ».

Dans le classement de Shanghai, 60 % de la note finale d’un établissement dépend d’indicateurs bibliométriques: nombre d’articles scientifiques publiés, réputation de la revue, nombre de citations etc. (Source: Senat.fr). L’onomastique, la science des noms propres, permet de voir ces analyses bibliométriques sous un angle inédit.

Ainsi, entre 2007 et 2008 -l’année des Jeux Olympiques de Pékin- le volume de production d’articles scientifiques par des auteurs ayant un nom chinois a littéralement explosé (multiplication par trois en volume). En volume mais aussi en proportion relative, la production chinoise d’articles indexés dans PubMed/MEDLINE (une base de référence dans le domaine médical et Sciences de la Vie) ressemble à un véritable déluge. Pour commenter le point de François Godement, c’est un véritable stakhanovisme scientifique auquel nous avons assisté entre 2007 et 2008.

2014_ICOS_NamSor_paper_vF_pic2

Ce que Mme Ghislaine Filliatreau ne dit pas – et que probablement l’Observatoire des sciences et des techniques (OST) ne mesure pas- c’est que dans le même temps, la proportion des articles rédigés par des auteurs ayant un nom chinois effectivement cités n’a cessé de se réduire.

2014_ICOS_NamSor_paper_vF_pic3

Ces chiffres sont d’ailleurs confirmés par d’autres sources. Par exemple, Scimago Journal and Country Ranking est un index basé sur les données Scopus® (Elsevier B.V.) dont la couverture est plus globale que PubMed. La Chine est déjà le second pays au monde, en volume de publications scientifiques produites entre 1996 et 2003. Mais si l’on considère le nombre de citations en excluant les auto-citations, alors la Chine arrive après l’Espagne. La raison est là encore que le ration de citations par document pouvant être cité (en excluant les auto-citations) est plus faible que la moyenne des autres pays.

2014_China_Scimago_CountryRanking

L’onomastique, la reconnaissance de l’origine des noms, permet également d’analyser les biais culturels qui affectent la manière dont les scientifiques citent d’autres scientifiques. Voici un récapitulatif du biais culturel selon la classes onomastique / le pays d’origine:

Onomastic Class Onoma Authored % Onoma
Self Citations %
Bias Factor
GB (Britannique) 16.6% 17.0% 1.02
FR (Français / Francophone) 8.1% 7.6% 0.94
IT (Italien) 5.6% 3.8% 0.68
DE (Germanique) 5.8% 6.1% 1.05
CN+TW (Chinois) 9.2% 12.1% 1.32
ES 3.4% 3.8% 1.13
JP 5.2% 19.3% 3.73
IE 2.6% 4.4% 1.73
NL 3.1% 5.6% 1.83
AT 2.3% 4.2% 1.79
SE 2.0% 3.5% 1.76
IN 4.6% 4.1% 0.89
PT 1.9% 2.3% 1.17
GR 1.5% 2.8% 1.82
KR 4.4% 3.0% 0.68
BE 1.3% 2.6% 1.98
DK 1.3% 3.4% 2.65

Dans ce tableau, on observe que les auteurs ayant un nom britannique représentent 16.6% des publications et 17% des citations : un biais de 1.02 (presque aucun biais). Les auteurs ayant un nom français ont un léger biais négatif par rapport au fait de citer d’autres auteurs ayant un nom français (plutôt que des scientifiques ayant un nom anglo-saxon, suédois etc.) Les scientifiques ayant un nom suédois, chinois ou japonais ont -eux- un fort biais positif par rapport au fait de citer des auteurs de la même ‘classe onomastique’, ce qui affecte naturellement le classement bibliométrique de leur Université, de leur pays.

Le stakhanovisme chinois en matière de production scientifique porte-t-il tant de fruits que l’OST voudrait le faire croire? L’analyse des citations par des scientifiques n’ayant pas un nom chinois (que nous appellerons la communauté scientifique au sens large) apporte des éléments de réponse. Ce que ce graphique démontre, c’est que plus les chinois publient, moins ils sont cités par le reste de la communauté scientifique.

2014_ICOS_NamSor_paper_vF_pic7

Naturellement, de nombreuses questions restent ouvertes. Par exemple, la question de savoir s’il existe des différences entre la production de la République populaire de Chine (RPC) et la production au sein de la Diaspora chinoise aux Etats-Unis ou ailleurs dans le monde. Les bases d’informations sur lesquelles s’appuient le classement de Shanghai ou le classement TH-QS disposent non seulement des noms des scientifiques mais aussi de leur affiliation (institution et géographie) et permettraient donc d’affiner l’analyse.

Quelles que soient les causes du relatif manque d’intérêt de la communauté scientifique internationale vis-à-vis des article produits par des chercheurs ayant un nom chinois, de tels biais affectent l’efficacité même de la recherche: une recherche originale et prometteuse pourrait être négligée, tandis que des travaux scientifiques sont sur-évalués.

Ces résultats, basés sur l’analyse de dix millions d’articles scientifiques, ont été présentés Jeudi 28 au congrès mondial d’onomastique qui a eu lieu à Glasgow (ICOS2014). Vous trouverez ci-après un lien vers l’étude détaillée et la présentation.

 

Japonais et russes dans les affaires en Europe (2013)

Place relative des indiens, chinois, russes et japonais dans le monde des affaires en Europe

En Janvier, nous avions représenté graphiquement les origines culturelles d’un demi million de dirigeants des sociétés incorporées dans l’Union Européenne (plus la Suisse). Nous avions pu voir que, vingt ans après la création officielle de l’UE, l’économie de l’Europe reste encore très fragmentée et organisée en silos selon des considérations nationales. Cela se reflète au niveau des comités de direction.  Les entreprises grecques ont des directeurs grecs, etc.

Parmi les strates colorées de ce mille-feuille onoma(s)tique, quatre fines couches représentent les noms d’origine indienne, chinoise, russe ou japonaise. Plusieurs raisons peuvent expliquer qu’un tel nom apparaisse parmi la liste des dirigeants d’une entreprise européenne:

– l’entreprise peut être la filiale en Europe d’une société indienne, chinoise, russe ou japonaise;

– l’entreprise peut avoir fait des investissements conjoints conséquents à l’étranger (JV, participations croisées etc.) avec des partenaires indiens, chinois, russes ou japonais – ce qui justifie d’offrir un siège au conseil d’administration ;

– le manager (ou l’un de ses ascendants) peut avoir émigré, fait carrière localement jusqu’à un poste de direction élevé ;

– le manager peut avoir été recruté globalement par un chasseur de tête pour ses qualités personnelles.

indiens et chinois dans les affaires en Europe (2013)

 

Dans le plan ci-dessus en haut à gauche, nous voyons la part relative des directeurs de nom indien, relativement au nombre total de directeurs portant des noms chinois, indiens, russes et japonais. Sans surprise, la communauté d’affaire indienne est très forte au Royaume-Uni, mais d’autres lieux de prédilection sont le Danemark et le Luxembourg.

En haut à droite, il apparaît que les hommes d’affaires chinois sont particulièrement présents en Suisse et en Allemagne.

Si les indiens et les chinois semblent déserter les Pays-Bas, c’est du en réalité à la forte présence des japonais. De même, si les indiens et les chinois semblent absents sous le soleil de Chypre, c’est car les russes y sont très présents dans la création de holding financières pour réintroduire leurs investissement en Russie, comme le montre ce plan ci-après.

Japonais et russes dans les affaires en Europe (2013) L

La carte serait très différente si l’on filtrait l’information par secteur (industrie, commerce, énergie, …) mais telle qu’elle est, que nous dit elle?

En plus de montrer l’évidence et ce qui est déjà connu (la présence russe dans sa zone d’influence traditionnelle, par exemple les pays baltes Estonie, Lettonie, Lituanie, … la prédominance des hommes d’affaires russes dans le paradis fiscal de Chypre), elle révèle des aspects moins évidents.

Premièrement, l’on pourrait s’attendre à ce que l’Allemagne soit une place forte de la communauté d’affaires russe en Europe – du fait des importants échanges commerciaux entre les deux pays. C’est sans doute le cas, beaucoup d’homme d’affaires ont un nom russe, mais encore plus ont un nom chinois, japonais ou indien.

Deuxièmement, il est très clair que les japonais ont fait de la Belgique et de Pays-Bas leur destination privilégiée pour les investissements directs (IDE) et comme porte d’entrée pour le commerce en Europe.

Troisièmement, si les indiens et les chinois semblent partager un profil assez similaire pour déterminer leur cible en matière d’investissements directs (IDE) et de commerce, les hommes d’affaire russes et japonais démontrent une forte polarisation: ils font généralement des choix différents. Cela résulte bien sûr de leurs différences extrêmes sur le plan de économique.

[in English : part one and part two]

Suivez @NomTri sur Twitter

©2013 Elian Carsenat – NomTri™ NamSor™ – Tous droits réservés.