Archives par étiquette : Japon

Japonais et russes dans les affaires en Europe (2013)

Place relative des indiens, chinois, russes et japonais dans le monde des affaires en Europe

En Janvier, nous avions représenté graphiquement les origines culturelles d’un demi million de dirigeants des sociétés incorporées dans l’Union Européenne (plus la Suisse). Nous avions pu voir que, vingt ans après la création officielle de l’UE, l’économie de l’Europe reste encore très fragmentée et organisée en silos selon des considérations nationales. Cela se reflète au niveau des comités de direction.  Les entreprises grecques ont des directeurs grecs, etc.

Parmi les strates colorées de ce mille-feuille onoma(s)tique, quatre fines couches représentent les noms d’origine indienne, chinoise, russe ou japonaise. Plusieurs raisons peuvent expliquer qu’un tel nom apparaisse parmi la liste des dirigeants d’une entreprise européenne:

– l’entreprise peut être la filiale en Europe d’une société indienne, chinoise, russe ou japonaise;

– l’entreprise peut avoir fait des investissements conjoints conséquents à l’étranger (JV, participations croisées etc.) avec des partenaires indiens, chinois, russes ou japonais – ce qui justifie d’offrir un siège au conseil d’administration ;

– le manager (ou l’un de ses ascendants) peut avoir émigré, fait carrière localement jusqu’à un poste de direction élevé ;

– le manager peut avoir été recruté globalement par un chasseur de tête pour ses qualités personnelles.

indiens et chinois dans les affaires en Europe (2013)

 

Dans le plan ci-dessus en haut à gauche, nous voyons la part relative des directeurs de nom indien, relativement au nombre total de directeurs portant des noms chinois, indiens, russes et japonais. Sans surprise, la communauté d’affaire indienne est très forte au Royaume-Uni, mais d’autres lieux de prédilection sont le Danemark et le Luxembourg.

En haut à droite, il apparaît que les hommes d’affaires chinois sont particulièrement présents en Suisse et en Allemagne.

Si les indiens et les chinois semblent déserter les Pays-Bas, c’est du en réalité à la forte présence des japonais. De même, si les indiens et les chinois semblent absents sous le soleil de Chypre, c’est car les russes y sont très présents dans la création de holding financières pour réintroduire leurs investissement en Russie, comme le montre ce plan ci-après.

Japonais et russes dans les affaires en Europe (2013) L

La carte serait très différente si l’on filtrait l’information par secteur (industrie, commerce, énergie, …) mais telle qu’elle est, que nous dit elle?

En plus de montrer l’évidence et ce qui est déjà connu (la présence russe dans sa zone d’influence traditionnelle, par exemple les pays baltes Estonie, Lettonie, Lituanie, … la prédominance des hommes d’affaires russes dans le paradis fiscal de Chypre), elle révèle des aspects moins évidents.

Premièrement, l’on pourrait s’attendre à ce que l’Allemagne soit une place forte de la communauté d’affaires russe en Europe – du fait des importants échanges commerciaux entre les deux pays. C’est sans doute le cas, beaucoup d’homme d’affaires ont un nom russe, mais encore plus ont un nom chinois, japonais ou indien.

Deuxièmement, il est très clair que les japonais ont fait de la Belgique et de Pays-Bas leur destination privilégiée pour les investissements directs (IDE) et comme porte d’entrée pour le commerce en Europe.

Troisièmement, si les indiens et les chinois semblent partager un profil assez similaire pour déterminer leur cible en matière d’investissements directs (IDE) et de commerce, les hommes d’affaire russes et japonais démontrent une forte polarisation: ils font généralement des choix différents. Cela résulte bien sûr de leurs différences extrêmes sur le plan de économique.

[in English : part one and part two]

Suivez @NomTri sur Twitter

©2013 Elian Carsenat – NomTri™ NamSor™ – Tous droits réservés.