Archives par étiquette : Mille-feuille onomatique

Japonais et russes dans les affaires en Europe (2013)

Place relative des indiens, chinois, russes et japonais dans le monde des affaires en Europe

En Janvier, nous avions représenté graphiquement les origines culturelles d’un demi million de dirigeants des sociétés incorporées dans l’Union Européenne (plus la Suisse). Nous avions pu voir que, vingt ans après la création officielle de l’UE, l’économie de l’Europe reste encore très fragmentée et organisée en silos selon des considérations nationales. Cela se reflète au niveau des comités de direction.  Les entreprises grecques ont des directeurs grecs, etc.

Parmi les strates colorées de ce mille-feuille onoma(s)tique, quatre fines couches représentent les noms d’origine indienne, chinoise, russe ou japonaise. Plusieurs raisons peuvent expliquer qu’un tel nom apparaisse parmi la liste des dirigeants d’une entreprise européenne:

– l’entreprise peut être la filiale en Europe d’une société indienne, chinoise, russe ou japonaise;

– l’entreprise peut avoir fait des investissements conjoints conséquents à l’étranger (JV, participations croisées etc.) avec des partenaires indiens, chinois, russes ou japonais – ce qui justifie d’offrir un siège au conseil d’administration ;

– le manager (ou l’un de ses ascendants) peut avoir émigré, fait carrière localement jusqu’à un poste de direction élevé ;

– le manager peut avoir été recruté globalement par un chasseur de tête pour ses qualités personnelles.

indiens et chinois dans les affaires en Europe (2013)

 

Dans le plan ci-dessus en haut à gauche, nous voyons la part relative des directeurs de nom indien, relativement au nombre total de directeurs portant des noms chinois, indiens, russes et japonais. Sans surprise, la communauté d’affaire indienne est très forte au Royaume-Uni, mais d’autres lieux de prédilection sont le Danemark et le Luxembourg.

En haut à droite, il apparaît que les hommes d’affaires chinois sont particulièrement présents en Suisse et en Allemagne.

Si les indiens et les chinois semblent déserter les Pays-Bas, c’est du en réalité à la forte présence des japonais. De même, si les indiens et les chinois semblent absents sous le soleil de Chypre, c’est car les russes y sont très présents dans la création de holding financières pour réintroduire leurs investissement en Russie, comme le montre ce plan ci-après.

Japonais et russes dans les affaires en Europe (2013) L

La carte serait très différente si l’on filtrait l’information par secteur (industrie, commerce, énergie, …) mais telle qu’elle est, que nous dit elle?

En plus de montrer l’évidence et ce qui est déjà connu (la présence russe dans sa zone d’influence traditionnelle, par exemple les pays baltes Estonie, Lettonie, Lituanie, … la prédominance des hommes d’affaires russes dans le paradis fiscal de Chypre), elle révèle des aspects moins évidents.

Premièrement, l’on pourrait s’attendre à ce que l’Allemagne soit une place forte de la communauté d’affaires russe en Europe – du fait des importants échanges commerciaux entre les deux pays. C’est sans doute le cas, beaucoup d’homme d’affaires ont un nom russe, mais encore plus ont un nom chinois, japonais ou indien.

Deuxièmement, il est très clair que les japonais ont fait de la Belgique et de Pays-Bas leur destination privilégiée pour les investissements directs (IDE) et comme porte d’entrée pour le commerce en Europe.

Troisièmement, si les indiens et les chinois semblent partager un profil assez similaire pour déterminer leur cible en matière d’investissements directs (IDE) et de commerce, les hommes d’affaire russes et japonais démontrent une forte polarisation: ils font généralement des choix différents. Cela résulte bien sûr de leurs différences extrêmes sur le plan de économique.

[in English : part one and part two]

Suivez @NomTri sur Twitter

©2013 Elian Carsenat – NomTri™ NamSor™ – Tous droits réservés.

 

Mille-feuille "onomatique" des dirigeants d'entreprises européennes

Mille-feuille onomastique des directions d’entreprises européennes

Cette pâtisserie colorée est la représentation graphique de l’analyse onomastique du demi-million de dirigeants des plus grandes entreprises enregistrées dans chacun des pays de l’Union Européenne (et la Suisse). Que nous dit cette image? Par exemple, que la tranche « pâtisserie grecque » illustrée par un camembert (désolé pour le mélange de goûts) est composée presque exclusivement de dirigeants ayant un nom grec. A chacune des lignes au dessus du code ISO3 d’un pays européen, correspondrait un camembert similaire.

Mille-feuille "onomatique" des dirigeants d'entreprises européennes

Manifestement, la mobilité des hauts-dirigeants en Europe – un facteur de l’intégration économique européenne – peut encore progresser.

Dans nos prochains articles, nous présenterons les bénéfices de l’analyse onomastique pour le suivi des Investissements Directs Etrangers (IDE) dans différentes parties du Monde: les investissements occidentaux en Afrique, la poussée des BRICs en Europe.

[lire l’article en anglais]

Les sociétés humaines sont fractales dans leur diversité – la preuve par l’onomastique

Comme une côte maritime ressemble à une côte, quelle que soit l’échelle, vous trouverez la même hétérogénéité – et pourtant des structures très nettes – dans une société d’un milliard, d’un million ou d’un millier de personnes. Comme un galet sur la plage, à l’échelle la plus fine, chaque individu est unique et constitue une exception à la règle du groupe.

Des phénomènes géologiques expliquent la formation d’un galet, pourquoi il se trouve là sur cette plage, avec des millions de galets voisins. Qu’ils se ressemblent, ou qu’ils diffèrent grandement en taille et en apparence, situés à un même endroit ils partagent une histoire commune: l’effet du vent, de la mer. Chacun a aussi son histoire propre : une vague plus forte qui brise en deux ou l’éphémère souillure d’un goéland. Ce galet ci vient peut-être d’une plage lointaine et improbable, apporté là par une famille de touristes (les enfants font cela, embarquer des cailloux quelque part et les déposer ailleurs). Combien de temps faudra-il pour que ce galet ressemble à tous les autres, des mêmes effets de l’air et de l’eau? Sera-t-il un jour tout à fait le semblable?

Les hommes ne sont pas des pierres: ils voyagent, s’accouplent, évoluent, s’adaptent et modifient leur environnement autant qu’ils s’adaptent à lui.

Les hommes ont des noms. Beaucoup d’individus partagent un même nom et pourtant ils sont distincts les uns des autres. Un ADN différent, une famille différente, des expériences différentes fabriquent un homme: pas seulement distinct, mais différent des autres. Et pourtant votre nom en dit beaucoup sur vous. Beaucoup de facteurs influent sur le choix d’un nom (le sexe, la géographie, l’origine ethnique, la religion, la culture, la classe sociale, l’entourage …) mais c’est en fin de compte la manifestation d’un libre arbitre : vous donnez un nom, ou plus rarement vous changez de nom.

Prenez une liste de dix noms: y voyez-vous une structure? Pas dans cette liste seule, mais avec votre mémoire, votre connaissance linguistique ou régionale, vous aurez une opinion de la constitution de cette liste. Vous vous souviendrez d’autres personnes que vous avez connues avec des noms similaires et involontairement vous ressentirez des émotions.  Cela influencera vos décisions (à tort ou à raison): aller ou ne pas aller à une rencontre, vous habiller différemment, vous informer de tel sujet, … Si vous analysez les noms d’un groupe de cent personnes -ou beaucoup plus à l’aide d’un ordinateur- alors vous verrez émerger des structures, à partir de la liste seule, sans l’aide de votre mémoire ou de vos connaissances.

Le mille-feuille onomastique est la représentation visuelle de structures de nom reconnues automatiquement sur une population à une certaine échelle. Mieux, nommons le « mille-feuille onomatique », hybride de l’automatique et de l’onomastique. Il est établi suivant un attribut connu en abscisse (comme une ville, une région, un pays), avec les couches colorées des différentes classes onomastiques comme pourcentage de la population totale en ordonnée (pour une ville, une région ou un pays donné). En illustration, voici le «mille-feuille onomatique » des athlètes olympiques depuis 1896 avec en abscisse le pays, qui est un attribut connu. Certains pays, comme le Japon ou la Mongolie, apparaissent très homogènes. A l’inverse, d’autres pays comme l’ancienne Union-Soviétique apparaissent très hétérogènes et empilent de nombreuses classes onomastiques: Russes, Ukrainiens, Kazakhs, Kirghizes, Ouzbèkes, Lituaniens, …

Athlètes Olympiques (1986-2012) Mille-feuille Onomatique

Où voit-on la fractale?

La vision fractale se trouve dans la possibilité de regarder l’une des classes onomastiques apparemment homogène, de changer d’échelle et de reconnaitre la même image: un autre «mille-feuille onomatique » de granularité plus fine. Par exemple, dans l’image ci-dessus, nous pourrions zoomer sur les russes. Le traitement onomastique d’une plus grande quantité de noms de toutes les régions de la Fédération de Russie, produira l’image suivante:

Fédération de Russie - mille-feuille onomatique

Et de même nous découvririons une image similaire si nous changions encore d’échelle pour zoomer sur la République de Touva : un autre «mille-feuille onomatique » de granularité encore plus fine. Et ainsi de suite…

Jusqu’à ce que l’on se trouve à l’échelle d’un tout petit groupe de personne. Ou d’un seul nom, le nom d’un seul individu – distinct, différent, unique. Comme un galet sur la plage.

©2013 Elian CARSENAT – NomTri™– Tous droits réservés.

[Version anglaise]