Archives par étiquette : Nom russe

Fédération de Russie : Ethnicité, Identité (2013)

Ethnicité et les réseaux d’affaires en Russie

Voici une étude préliminaire effectuée par l’atelier cartographique Atlasis et NameSorts sur la base d’un nouveau système de classement onomastique très prometteur. Voir ci-dessous une petite étude cartographique (en anglais) très originale qui permet de saisir toutes les potentialités de la méthode. Lire la suite.

Fédération de Russie : Ethnicité, Identité (2013)

LA RUSSIE ET LE MONDE ARABE

Par Adlene Mohammedi,

Le présent sujet aborde l’évaluation de la visibilité des personnalités et des entreprises du monde arabe telle que décrite dans les média russes entre janvier 2004 et avril 2013.

Des outils modernes pour des problématiques nouvelles

Notre objectif était de mettre en commun une diversité de compétences, de collaborer sur un sujet particulièrement complexe et d’appliquer plusieurs techniques informationnelles innovantes.

Étude

La Russie et le monde arabe sont le plus souvent examinés à travers un prisme européen ou américain mais rarement du point de vue de leurs relations, dont la pertinence historique et géographique est malgré tout primordiale. Les crises affectant actuellement de nombreux pays arabes ainsi que le rôle diplomatique essentiel joué par la Russie ne sauraient être négligés – la guerre civile syrienne en  est l’exemple le plus flagrant. Par conséquent, l’accès aux média russes est probablement le meilleur moyen d’obtenir une image authentique et détaillée des perceptions et priorités russes.

Méthodologie

Nous avons d’abord sélectionné un échantillon de sept pays arabes – à savoir l’Algérie, le Bahreïn, l’Egypte, le Liban, le Qatar, la Syrie et les Émirats Arabes Unis (EAU).
Nous avons par la suite utilisé la base de données russe INTEGRUM fournie par RUSSOSCOPIE afin d’en extraire une liste de personnalités, pour la plupart des hommes politiques et des diplomates, associées à chaque pays. Une fois extraite, la base de données n’a fourni que des informations brutes qui ont nécessité traitement puis qualification : ainsi la liste des centaines de noms a dû être analysée et révisée afin de produire des informations précises, intelligibles et ciblées. Dans notre cas, cela s’est résumé à une liste de 280 personnalités arabes différentes reflétant les priorités médiatiques russes (concernant par exemple la Syrie et l’Égypte). Pour chacun des noms, les articles associés sont proprement indexés dans la base de données.

En dehors des média, la base de données nous a fourni des informations sur les sociétés enregistrées et/ou présentes en Russie. Pour cela, nous avons utilisé soit un pays de la liste soit un nom en particulier afin de trouver les entreprises correspondantes. Des dizaines de sociétés arabes de différentes tailles et de différents secteurs ont ensuite été identifiées et classées.

Ces données ont un double intérêt géopolitique et microéconomique. D’une part, elles peuvent être utilisées dans le but de décrire les interactions entre zones géographiques. D’autre part, elles pourraient répondre à des objectifs de prospection commerciale ou de veille concurrentielle. Pour arriver à ces résultats, un atout majeur a été l’utilisation d’un logiciel onomastique, fourni par NOMTRI, appliqué à plusieurs alphabets dont le cyrillique, le latin et l’arabe. La capacité du logiciel à reconnaître les similitudes des noms nous a permis de reconnaître plusieurs autres personnalités arabes parmi les dizaines de milliers de noms présents dans les média russes depuis 2004.

Résultats

Finalement, la base de données INTEGRUM et le logiciel de reconnaissance onomastique combinés aux compétences analytiques d’AESMA ont apporté des résultats statistiques intéressants : L’EVOLUTION ET LA COMPARAISON DE L’EXPOSITION MEDIATIQUE DES PERSONNALITES ARABES EN RUSSIE DEPUIS 2004.
20130409_ArabPeople_In_RussianMedia_vFLarge

L’intérêt de la Russie pour le monde arabe semble à première vue évident, comme en témoignent les centaines de différentes personnalités arabes mentionnées dans les média russes. Des comparatifs réalisés au sein du monde arabe ainsi qu’entre les pays arabes et l’Europe conduisent à au moins trois conclusions :
(1) Même si ce n’est pas une priorité absolue (notamment par rapport à l’Europe), l’importance du monde arabe est en augmentation ;
(2) La couverture médiatique est plus réactive aux événements qu’aux alliances diplomatiques traditionnelles ;
(3) En raison de l’évolution actuelle, 2013 sera une année charnière dans les relations entre la Russie et les pays arabes.

À propos de l’auteur

Adlene Mohammedi est doctorant en géopolitique et l’un des auteurs du blog ARAPRISM. http://araprism.com/

À propos de contributeurs

Le cabinet de conseil AESMA™ est le créateur d’Eurasia Focus, une lettre d’information confidentielle d’intelligence stratégique en Russie/CEI. http://www.aesma-group.com/en/

RUSSOSCOPIE™ est le distributeur d’INTEGRUM, une base de données de premier plan couvrant les média russes, les entreprises et les décideurs. http://russoscopie.com/

NOMTRI™ est un fournisseur de solution d’onomastique appliquée, de sociolinguistique et de logiciels de reconnaissance de noms. http://namesorts.com/

©2013 Tous droits réservés. Cet article est un reblog. Lire la version originale en anglais.

 

 

DATA TUESDAY : « SMART CITIES & DATA », L’EXEMPLE DE LA RUSSIE

Découvrez un article sur la présentation d’Elian Carsenat de NomTri.fr lors du dernier Data Tuesday Smart Cities & Data qui a eu lieu chez Ipsos le 26 mars.

capture-d_c3a9cran-2013-03-28-c3a0-7-27-10-pm

http://blogs.lesechos.fr/echosdataviz/data-tuesday-smart-cities-data-l-exemple-de-la-russie-a12732.html?var_mode=calcul

Japonais et russes dans les affaires en Europe (2013)

Place relative des indiens, chinois, russes et japonais dans le monde des affaires en Europe

En Janvier, nous avions représenté graphiquement les origines culturelles d’un demi million de dirigeants des sociétés incorporées dans l’Union Européenne (plus la Suisse). Nous avions pu voir que, vingt ans après la création officielle de l’UE, l’économie de l’Europe reste encore très fragmentée et organisée en silos selon des considérations nationales. Cela se reflète au niveau des comités de direction.  Les entreprises grecques ont des directeurs grecs, etc.

Parmi les strates colorées de ce mille-feuille onoma(s)tique, quatre fines couches représentent les noms d’origine indienne, chinoise, russe ou japonaise. Plusieurs raisons peuvent expliquer qu’un tel nom apparaisse parmi la liste des dirigeants d’une entreprise européenne:

– l’entreprise peut être la filiale en Europe d’une société indienne, chinoise, russe ou japonaise;

– l’entreprise peut avoir fait des investissements conjoints conséquents à l’étranger (JV, participations croisées etc.) avec des partenaires indiens, chinois, russes ou japonais – ce qui justifie d’offrir un siège au conseil d’administration ;

– le manager (ou l’un de ses ascendants) peut avoir émigré, fait carrière localement jusqu’à un poste de direction élevé ;

– le manager peut avoir été recruté globalement par un chasseur de tête pour ses qualités personnelles.

indiens et chinois dans les affaires en Europe (2013)

 

Dans le plan ci-dessus en haut à gauche, nous voyons la part relative des directeurs de nom indien, relativement au nombre total de directeurs portant des noms chinois, indiens, russes et japonais. Sans surprise, la communauté d’affaire indienne est très forte au Royaume-Uni, mais d’autres lieux de prédilection sont le Danemark et le Luxembourg.

En haut à droite, il apparaît que les hommes d’affaires chinois sont particulièrement présents en Suisse et en Allemagne.

Si les indiens et les chinois semblent déserter les Pays-Bas, c’est du en réalité à la forte présence des japonais. De même, si les indiens et les chinois semblent absents sous le soleil de Chypre, c’est car les russes y sont très présents dans la création de holding financières pour réintroduire leurs investissement en Russie, comme le montre ce plan ci-après.

Japonais et russes dans les affaires en Europe (2013) L

La carte serait très différente si l’on filtrait l’information par secteur (industrie, commerce, énergie, …) mais telle qu’elle est, que nous dit elle?

En plus de montrer l’évidence et ce qui est déjà connu (la présence russe dans sa zone d’influence traditionnelle, par exemple les pays baltes Estonie, Lettonie, Lituanie, … la prédominance des hommes d’affaires russes dans le paradis fiscal de Chypre), elle révèle des aspects moins évidents.

Premièrement, l’on pourrait s’attendre à ce que l’Allemagne soit une place forte de la communauté d’affaires russe en Europe – du fait des importants échanges commerciaux entre les deux pays. C’est sans doute le cas, beaucoup d’homme d’affaires ont un nom russe, mais encore plus ont un nom chinois, japonais ou indien.

Deuxièmement, il est très clair que les japonais ont fait de la Belgique et de Pays-Bas leur destination privilégiée pour les investissements directs (IDE) et comme porte d’entrée pour le commerce en Europe.

Troisièmement, si les indiens et les chinois semblent partager un profil assez similaire pour déterminer leur cible en matière d’investissements directs (IDE) et de commerce, les hommes d’affaire russes et japonais démontrent une forte polarisation: ils font généralement des choix différents. Cela résulte bien sûr de leurs différences extrêmes sur le plan de économique.

[in English : part one and part two]

Suivez @NomTri sur Twitter

©2013 Elian Carsenat – NomTri™ NamSor™ – Tous droits réservés.