L’utilisation de l’autocitation comme mesure de la disparité dans la recherche interdisciplinaire entre les hommes et les femmes

Un nouvel article scientifique explore la question de l’autocitation et des biais de genre dans la recherche, en utilisant le logiciel NamSor pour estimer le genre des auteurs. Cet article fait également l’objet d’un billet en espagnol, reprenant les principales conclusions de l’étude.

Les femmes entreprennent-elles plus de recherches interdisciplinaires que les hommes, et les autocitations biaisent-elles les différences observées ?

Do women undertake interdisciplinary research more than men, and do self-citations bias observed differences?
Henrique Pinheiro, Matt Durning, David Campbell
2022

Certaines études ont montré que les femmes entreprennent plus de recherche interdisciplinaire que les hommes, alors que d’autres études n’ont montré aucune différence selon le sexe. Il a également été démontré que les femmes s’autocitent moins souvent que les hommes, une différence au moins en partie due aux différences d’étapes de carrière et de productivité antérieure. Les données existantes sur les différences d’interdisciplinarité fondées sur le sexe peuvent donc être biaisées. Si l’interdisciplinarité est déduite de la diversité disciplinaire des références citées d’un article, une plus grande part d’autocitations par les hommes pourrait diminuer leur interdisciplinarité mesurée par rapport aux femmes. De tels biais pourraient conduire à des conclusions erronées, car après correction des autocitations, on pourrait découvrir que les femmes participent à la recherche interdisciplinaire de manière égale ou inférieure à celle des hommes. Étant donné que le financement de la recherche interdisciplinaire gagne en importance, l’obtention de mesures précises de l’interdisciplinarité par sexe est très pertinente pour les bailleurs de fonds afin qu’ils puissent prendre les mesures appropriées pour uniformiser les règles du jeu entre les sexes. Par exemple, les preuves suggèrent qu’il est parfois conseillé aux femmes de ne pas participer à la recherche interdisciplinaire en raison du risque que cela représente pour leur progression de carrière. Cette étude montre que l’interdisciplinarité d’un article augmente avec la présence d’auteurs féminins, prenant en compte ou non les autocitations dans la mesure de l’interdisciplinarité.

Mots clé : genre, interdisciplinarité, biais de mesure, autocitation, participation des femmes à la science

Pour lire les derniers billets en espagnol

Crédits d’image : “Une conférence pluridisciplinaire internationale avec des scientifiques femmes et hommes.”, DALL-2, 2022. Traduction automatique : Google Translate.

A propos de NamSor

NamSor™ est une société européenne d’onomastique appliquée. 

 



Citer ce billet
Elian Carsenat (2022, 20 novembre). L’utilisation de l’autocitation comme mesure de la disparité dans la recherche interdisciplinaire entre les hommes et les femmes. Onomatique. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sj13

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search