Archives par étiquette : Genre

Comment utiliser RapidMiner pour les analyses de genre (égalité homme-femme, segmentation marketing…)

RapidMiner est un outil open source de fouille de données et d’analyse prédictive. L’extension onomastique pour RapidMiner utilise l’API NamSor Gender API pour prédire le genre des noms propres dans toutes les langues, tous les alphabets. Le résultat est plus précis qu’en utilisant simplement un dictionnaire de prénoms comme celui distribué par l’INSEE ou d’autres sources Open Data car Jean Valjean est un nom masculin mais Jean Parker est très probablement un nom féminin.

Le tutoriel vidéo ci-après montre comment a été réalisé l’étude des inégalités homme-femme au sein des institutions de l’Union Europenne.

Liens:

Quelle égalité femme-homme dans les institutions européennes?

L’onomastique (l’analyse des noms propres) permet de lever le voile sur la réalité des écarts homme-femme dans différents domaines. Les métiers du cinoche, les pilotes de ligne et aujourd’hui: l’Union européenne.

Ce n’est pas tout à fait le grand écart, si l’on compare à d’autres domaines, mais l’UE ne peut s’ériger en modèle : ♀ 33% ♂ 67% .

20140905_TheEUDirectory_GenderGap_scale_cc_vF

Pour en savoir plus, lire l’article détaillé en anglais ou regarder le tutoriel sur l’outillage.

Et pour ceux qui ont manqué notre étude sur les femmes pilotes de ligne, voici l’infographie. Vous trouverez ici les statistiques détaillées et notre entretient avec deux pionnières françaises de l’aviation commerciale.

elian[dot]carsenat[at]namsor[dot]com

Y a-t-il une femme pilote dans l’avion ?

Les journaux se font quelque fois l’écho de nouvelles comme:  « Le passager ne voulait pas d’une femme pilote dans l’avion » ou bien « Un passager débarqué de l’avion car il se plaignait que le Commandant de Bord était une femme ». Des cas notables ont eu lieu en Belgique en 1991, en Inde en 2011 et plus récemment au Brésil. L’origine de ces nuisances n’est pas toujours un passager masculin: en 2013, une femme a refusé d’embarquer sur un vol commercial Miami – New-York piloté par une femme afro-américaine.

Qui pilotera votre avion pour partir en vacances cet été?

Pour répondre à cette question, nous avons consulté la base de pilotes maintenue par l’administration fédérale de l’aviation des Etats-Unis (FAA) -dont la couverture est mondiale- et nous avons traité un million d’enregistrements à l’aide d’un outil spécial, RapidMiner. Combiné avec le module d’analyse des noms de NamSor, cet outil peut extraire le genre des noms avec une grande précision. Il peut reconnaître, par exemple, que Jean Valjean et Jean Parker sont des noms respectivement masculin et féminin.

« The Airman Directory », malgré son titre trompeur, inclut un bon nombre de femmes mais il reste du chemin à parcourir avant d’atteindre la parité: les femmes représentent approximativement 5.44% des pilotes de ligne au plan mondial.

Aux Etats-Unis, environ 5.12% des pilotes de ligne sont des femmes. Un chiffre confirmé par d’autres sources : «le département du travail indique que seulement 4.3% des personnes imposables qui déclarent travailler comme pilote sont des femmes» écrit Mireille Goyer, fondatrice de Women Of Aviation Worldwide Week.

L’écart femme-homme varie selon les pays: il est plus important au Mexique (seulement 2.33% de femmes) et plus restreint en France (7.62%), en Suède (8.20%) ou en Finlande (12.07%).

Christine Debouzy est trésorière de l’Association Française des Femmes Pilotes (AFFP) et pilote sur A380 chez Air France. L’an passé, elle a participé à un vol exceptionnel Paris-Washington avec un équipage 100% féminin à l’occasion de la journée internationale de la femme.

Plus tôt dans sa carrière, elle avait été une des premières femmes pilote à être enceinte et cela posait à l’époque des questions nouvelles: une femme enceinte pouvait-elle piloter un avion? Quelles étaient les possibilités de travailler au sol avec les ingénieurs plutôt que de voler?  En France, de nombreuses règles ont été ajustées dans le bon sens pour ouvrir la profession aux femmes.

Christine Debouzy commente : «Dans les périodes de crise économique comme dans les période de crise en matière de sécurité aérienne, nous devons rester vigilants face à tout risque de retour en arrière. Aujourd’hui en Europe, il n’y a plus d’obstacle qui empêche une jeune fille motivée de devenir pilote de ligne. Il existe encore un frein culturel, une méconnaissance des possibilités … Également, nous n’avons pas assez de cadres et d’instructeurs féminins: elles ont un rôle essentiel pour inspirer les vocations. »

Quel plafond de verre? Le ciel est ouvert aux femmes

Les femmes ont eu une part active dans la conquête du ciel: par exemple en France, le premier club de femmes aéronautes « La Stella » a été ouvert en 1909. Parmi ses membres les plus intrépides, Marie Marvingt s’est déguisée en homme pour s’engager dans la première guerre mondiale et a été en 1915 la première femme pilote de combat. Elle a survécu à la guerre et consacré le reste de sa vie au développement de l’aviation sanitaire.

Alors que nous célébrons le centenaire de l’aviation commerciale, qui s’est développée exponentiellement à partir de la seconde guerre mondiale, nous pouvons revenir sur le stéréotype qui l’accompagne : un pilote homme et des femmes hôtesses de l’air.

Patricia Haffner est la première femme à avoir intégré la prestigieuse École Nationale d’Aviation Civile (ENAC) et la première femme Commandant de Bord d’Airbus A380.

Elle se souvient de ses débuts : «Certains hommes objectaient que la place d’une femme est à la maison avec ses enfants et que cela était incompatible avec le métier de pilote. Ils ne voyaient pas d’incompatibilité avec le métier d’Hôtesse de l’Air, celles-ci avaient pourtant les mêmes contraintes… » Une objection réfutée depuis par une brillante carrière et aussi par les chiffres de la compagnie Air France: la part des femmes pilotes est passé de 0.1% en 1980 à 2,1% en 1996 et 7,2% en 2013.

Et à propos de la réaction des passagers: «Il n’est jamais arrivé qu’un passager refuse de monter dans l’avion, même si un passager a blagué une fois sur le sujet. Simplement les gens s’étonnent, et même encore aujourd’hui. Les passagères sont souvent surprises, ravies et fières. »

A propos de GenderGapGrader

GenderGapGrader a pour ambition de publier des estimations de l’écart femme-homme, à partir de chacune des bases de référence que nous pourrons identifier pour une industrie particulière: IMDB pour les métiers du cinéma, « The Airman Directory » pour les pilotes de ligne … et d’autres sujets en préparation.

Nous nous efforçons d’améliorer en permanence les outils et la méthodologie. Cela dit, la précision de la reconnaissance du genre à partir d’un nom varie selon les pays/les cultures; de plus, la couverture d’une ‘base de référence’ n’est pas nécessairement 100% globale (IMDB ne couvre pas forcément 100% des films indiens de Bollywood etc.)

En 2009, il y avait moins de 1% de pilotes-femme japonaises. Notre estimation de 5.6% au Japon aujourd’hui peut sembler trop optimiste… La précision du logiciel NamSor pour reconnaître le genre d’un nom japonais est généralement de l’ordre de 95% mais « The Airman Directory » est-il représentatif pour le Japon, ou bien existe-t-il un biais spécifique? Nous n’avons pas trouvé d’autre chiffre récent pour comparaison.

Nous ne pouvons qu’encourager l’Association Internationale du Transport Aérien (IATA) de publier des statistiques de l’écart femme-homme à partir de données fournies par ses 240 membres compagnies aériennes.

Dans l’intervalle, nous vous invitons chers lectrices/lecteurs à publier sur Wikipedia d’autres statistiques fiables si elles existent pour un pays ou une compagnie. Vous pouvez également refaire votre propre analyse : nous avons publié les données de base de cette étude; nous avons ouvert une API pour extraire le genre des noms avec une bonne précision.

Ainsi vous pouvez créer votre propre analyse d’écart femme-homme, quand et où cela vous est utile!

Elena Rossini & Elian Carsenat

 

Licence: Airline Pilots de GenderGapGrader est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International. Fondé(e) sur une œuvre à http://gendergapgrader.com/studies/airline-pilots/.

#GFMC2014 Open Data et égalité Homme-Femme, même combat?

Aujourd’hui a lieu le ‘Grand Forum Marie-Claire‘ Pourquoi les femmes sont l’avenir du Monde Numérique (#GFMC2014), avec la participation d’Axelle LEMAIRE, Secrétaire d’état au numérique.

En parallèle du récent festival de Cannes, nous avions utilisé l’onomastique appliquée pour reconnaître le sexe d’environ cinq millions de noms, dans les différents métiers du cinéma à partir de IMDB (The Internet Movie Database) – qui est une base de référence dans ce domaine.

20140518_IMDb_GenderGap_byRole

 

20140518_IMDb_GenderGap_Table_byRole

Il est intéressant de re-partager ces quelques résultats sur la place des femmes dans le cinoche, car ils sont riches d’enseignement :
– les métiers les plus prestigieux restent difficiles d’accès aux femmes;
– les française s’en tirent plutôt mieux (que les femmes irlandaises, algériennes, turques …) cependant
– c’est avant tout la culture de l’industrie cinématographique qui détermine l’ouverture aux femmes, plutôt que la culture du pays : ainsi dans le ciné, les pays nordiques (Suède, Finlande, Danemark) que l’on associe à une plus grande ouverture aux femmes ne font pas beaucoup mieux que la moyenne des autres pays.

Est-ce différent dans le Monde Numérique? C’est à voir… l’application du logiciel NamSor à une base d’information de référence dans ce domaine permettrait d’obtenir des éléments de réponse.

Mesdames, Messieurs,
Vous pouvez vous-même conduire vos propres études avec notre API gratuite de prédiction du genre des noms. Pour en savoir plus, http://namesorts.com/api

DATA TUESDAY – WOMEN & DATA

Agenda : mardi prochain, ‘WOMEN & DATA’

http://data-tuesday.com/calendrier/prochain-data-tuesday/

20140426_GendRE_Api_v1024x

 

 

DATA TUESDAY – WOMEN & DATA
Mardi 29 avril 2014

Les Data Tuesday vous donnent rendez-vous à nouveau dans les locaux de Valtech lemardi 29 avril à 18h30 pour une session « Women & Data » en partenariat avec Girls in Tech Paris et la Women Cristal Academy!

La session sera animée par Marion Nougier, FOCUSMATIC

Accueil :

Camille Çabale, DATA TUESDAY & CRISTAL FESTIVAL

Intervenantes : 

Laure Lucchesi, ETALAB

Anne De Kerckhove, VIDEOLOGY

Sandrine Préfaut, VIZEUM

Amira Lakhal, VALTECH

Laurence Hubert, HURENCE

Laetitia Comes- Bancaud, EARLYBIRDS

Stéphanie Delestre, QAPA

Marie Coussin, ASKMEDIA

Chloé Martin, MIGNIFY

 

Une API pour reconnaître le sexe d’un nom arabe, russe ou chinois

Il existe de nombreuses applications, services etc. sur Internet pour aider les parents à choisir le prénom de leur enfant. Choisir un prénom ‘à genre’ ou pas (comme Dominique ou Alix) est un choix personnel. Même en tenant compte des noms asexués, qui sont relativement rare, le nom permet de déterminer le sexe d’une personne à 95% dans la plupart des pays.

Les noms arabes ne posent pas de difficulté particulière.

En russe, le genre est ‘encodé’ non seulement dans le prénom, mais aussi dans le nom: malgré l’abréviation il est donc possible de reconnaître que O. Sokolova (О. Соколова) est féminin.

En Chinois, c’est un peu plus compliqué : mieux vaut avoir le nom chinois (en caractères simplifiés ou traditionnels) car il est très difficile de reconnaître le genre à partir de la translittération latine ou du pinyin. Les noms chinois sont ‘plutôt masculins’, ‘plutôt féminins’ et souvent asexués, mais il est difficile même pour un chinois de reconnaître le genre d’un nom.

Certains prénoms sont féminins dans un pays, masculins dans un autre : par exemple Andrea. Le nom de famille est utile pour lever l’ambiguïté : ainsi Andrea Bocelli et Andrea Parker sont probablement de sexe différents.

L’API NamSor est disponible aussi sur Mashape, avec double précision et un mode ‘batch’ API plus rapide.

AGENDA Mardi 29 Avril 2014 : ne manquez pas le prochain DataTuesday, avec Girls in Tech Paris, sur le thème ‘Les Femmes et les Données’ (Women & Data).

Big Data Paris 2014 – enjeux sociaux et réduction des inégalités

Hier, nous avons eu l’opportunité de présenter au salon Big Data Paris 2014 (CNIT) un sujet qui sortait des sentiers battus. Quels sont les enjeux sociaux du Big Data ? Peut-il servir à réduire les inégalités (homme/femme, inégalités sociales, inégalités de territoires, …)?

Ce salon a été l’occasion d’annoncer la disponibilité de notre API (Interface de Programmation) pour permettre à tout un chacun de reconnaître (par inférence du nom) le genre d’une personne, dans les principales langues. Sont déjà couverts: les US, les pays Européens, le Chinois, le Russe et même l’Arabe.

Par exemple,

Autres exemples,

Il existe également une application mobile de démo  open source déployée sur F-DROID, qui ajoute le genre aux contacts sur Android.

Vous trouverez-ci dessous notre présentation à Big Data 2014.

20140402_NamSor_BigData_EnjeuxSociaux.pdf

Grand merci à Sophie de nous avoir sollicité !