Archives par étiquette : Immigration

Statistiques ethniques : vers quelle taxonomie?

La question des statistiques ethniques suscite de nombreux débats.

Par exemple, la publication récente d’une étude des discriminations dans l’allocation du crédit dans les banques (‘Un testing bancaire met en lumière des discriminations dans l’accès au crédit‘, Le Figaro du 23/09/2017) relance la question de pouvoir, pour les banques, analyser les éventuels biais liés à leur personnels et leur formation, aux pratiques commerciales (segmentation client) ou même aux algorithmes automatiques d’analyse du risque crédit.

Le profilage onomastique est une alternative intéressante à la statistique ethnique : il permet par l’étude des prénoms et des noms de mettre en évidence des corrélations, des éventuels biais, et de guider des études qualitatives plus poussées. Surtout, il évite de figer un référentiel ethnique déclaratif – dont la taxonomie fait nécessairement débat – et qui implique une coûteuse collecte de données en amont.

La comparaison de deux logiciels de profilage onomastiques, le logiciel commercial NamSor et le service web gratuit universitaire NamePrism, permet de mettre en évidence deux façons radicalement différente de classer les noms.

Loin d’invalider l’une ou l’autre des méthodes, cela montre combien les noms sont d’efficaces révélateurs d’identité, et également à quel point ces identités sont complexes. Elles peuvent être analysés sous des angles très différents, selon des taxonomies multiples.

L’article original est en anglais,
https://blog.namsor.com/2017/09/27/visually-comparing-name-nationality-classification-services/

Ce projet Github contient l’échantillon de noms utilisé pour les comparaisons,
https://github.com/namsor/namsor_nameprism

About NamSor

NamSor™ Applied Onomastics is a European vendor of sociolinguistics software (NamSor sorts names). NamSor mission is to help understand international flows of money, ideas and people.
Reach us at: contact@namsor.com

Diaspora française, nouvel acteur de la diplomatie ?

Article publié le 17 mars 2015 dans LeMonde.fr

Par Florian Bercault (Autoentrepreneur, Etudiant Sciences Po/HEC Paris) et Elian Carsenat (Fondateur de la startup NamSor.com spécialisée dans la cartographie des Diasporas)

Qu’on le veuille ou non, nous vivons dans un monde dont les populations sont de plus en plus dispersées et polarisées vers des mégapoles. La carte du globe montre des pays aux formes géographiques compactes sans refléter les réseaux virtuels et diasporiques. Avec 230 millions de migrants -soit près de 3% de la population mondiale- et l’intensification des flux migratoires, et des échanges commerciaux, notre représentation du monde mérite d’être repensée par notre diplomatie et nos entreprises.

 

Le Quai d’Orsay recense près de 1,6 millions de français de l’étranger, mais certains spécialistes avancent que la diaspora française serait composée de 30 millions de personnes, ce qui fait sens au regard des 220 millions de francophones. Kingsley Aikins, spécialiste irlandais des diasporas, a une définition fonctionnelle de la diaspora, incluant l’ensemble des personnes prêtes à se mobiliser pour un lieu en raison de ses origines et racines, de ses liens culturels, linguistique ou familiaux, voire de son intérêt personnel. Ainsi, par exemple, la diaspora irlandaise est sollicitée dans des domaines aussi variés que l’attractivité des investissements directs, la coopération scientifique ou le tourisme.

 

Le cas du miracle économique irlandais, résultat d’une stratégie d’influence déterritorialisée

 

Les Irlandais ont été pionniers dans l’activation de la diaspora irlandaise aux États-Unis pour attirer des investissements directs. Au début des années 1980, le pays a pris des mesures décisives pour renouer activement un lien avec ses émigrés ou des hommes d’affaires prospères d’origine irlandaise. Comme le note la chercheuse Rebekah Berry, « en 1986, l’Irlande était l’un des pays les plus pauvres de l’Union européenne, mais [en 2002], c’est devenu l’un des plus riches. Le moteur de cette nouvelle prospérité a été l’investissement direct étranger. [Entre 1986 et 2002], les Irlandais ont attiré d’immenses capitaux d’Amérique et ils ont utilisé cet argent pour construire des usines. »

 

Avec la crise financière, le rôle de la diaspora a été essentiel pour initier la reprise, non seulement par des incitations économiques et fiscales, mais aussi par une stratégie d’influence ciblée. Les Irlandais ont attiré les sièges européens de nombreuses sociétés Internet dont notamment le géant Google. Sans surprise, IDA Ireland1, qui occupe le bâtiment en face du siège Europe de Twitter, est aujourd’hui l’une des agences les plus efficaces en matière de stratégie digitale.

 

Aujourd’hui les retombées économiques et les résultats sont sans appel en Irlande. Les migrants, apportant les talents et les compétences linguistiques dont les sièges européens des géants du net ont besoin, constituent également un formidable réseau international pour attirer d’autres investissements ou pour exporter. Ainsi, un immigré français travaillant depuis plusieurs années à Dublin, par ses liens professionnels et familiaux se sent aussi bien irlandais que français. Ce qui le met en position d’aider IDA Ireland à attirer des investissements directs ou des jeunes pousses. Et en matière de vente, SalesForce bien que basé à Dublin, organise à Paris des événements très conviviaux en jouant la carte locale, avec des commerciaux francophones éduqués en France ou ailleurs, faisant le trajet depuis Dublin.

 

Les e-diasporas tissent leurs toiles et s’engagent

 

La diaspora constitue une force considérable pour un pays. Elle change de nature à l’ère des réseaux sociaux et de l’hyperconnexion. Les frontières géographiques et temporelles s’effacant renforcent le rôle des diasporas. Comme le démontre Dana Diminescu, chercheuse à Telecom ParisTech, “avec le numérique, le migrant change de dimension. Il n’est plus déraciné mais doublement présent. Internet est plus qu’un outil de communication pour les diasporas. Internet recompose de nouveaux rapports identitaires et culturels.” Ainsi, les acteur e-diasporiques jouent le rôle d’ambassadeurs indirects. Créatifs, entreprenants, qualifiés, polyglottes, les communautés diasporiques sont porteurs de projets diplomatiques ambitieux souvent sous-estimés.

 

Alors face à ces ambassadeurs sans ambassade, quelle stratégie et quels discours les décideurs du Quai d’Orsay doivent-ils adopter pour les engager à leurs côtés ? Des stratégies de “high tech-high touch” pourraient être envisagées (John Naisbitt).

 

 

Selon Elian Carsenat, fondateur de la startup NamSor.com spécialisée dans la cartographie des Diasporas, “La Diaspora française est tout à fait comparable à celle de l’Irlande, sans doute moins concentrée sur les Etats-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie. Les Français sont présents sur tous les continents et dans tous les domaines. Le potentiel d’activation de cette diaspora concerne les investissement directs, les exportations, les innovations et le tourisme. Le lancement du projet “France Alumni” récemment montre la prise de conscience du politique sur le sujet.’

20140101_twittergeonomastics_irishtimes_1

La diaspora française, présente sur tous les continents, est une richesse trop ignorée par les décideurs. Pourtant des politiques publiques et des actions pourraient être mis en oeuvre afin de mieux connaître la valeur des migrants, d’évaluer le potentiel des réseaux des élites étrangères en France mais aussi de mieux accueillir les touristes étrangers sur notre territoire. Conscients de leurs atouts, ce sont les français eux-mêmes avec leurs réseaux diasporiques qui doivent mieux expliquer la France au monde. Oui, les français peuvent être les meilleurs ambassadeurs de la “Marque France” !

Lire aussi